· 

Du canyon del Pato à Cusco

Le canyon Pato est un défilé impressionnant entre deux montagnes, de quasiment 40 km. La route est étroite avec de nombreux tunnels et l’on prie pour n’avoir à croiser personne ce qui bien sûr n’est jamais le cas. Alors on recule, on se serre, on manœuvre on rouspète, on trouve que l’autre n’en fait pas assez et on finit par se croiser. Il n’y a pas de règle de priorité sous les tunnels: Un grand coup de Klaxon a l’entrée vous assure cette priorité bien que l’on ne soit jamais certain que le son porte jusqu’à l’autre extrémité. Les phares sont bien sûr de rigueur car il n’y a aucun éclairage.

 

Comme dans tous les canyons, la rivière est omni présente sous forme d’un tumultueux torrent. Nous y bivouaquons une nuit. Un régal.

 

En sortant du Canyon Del Pato, nous entrons dans un corridor bordé à droite par la cordillère noire et a gauche par la cordillère blanche. Celle de droite est issue d’une plaque tectonique du Pacifique et est gorgée de fer d’où son nom et celle de gauche est issue d’une plaque atlantique et est en granit.

Les villes et les villages ne sont en soit pas très intéressants mais ils sont pleins de vie et sont le départ de nombreuses randonnées, visites ou activités.

Nous irons visiter entre autre la Laguna de Paron, un lac d’altitude à plus de 4000 m dont la couleur nous rappelle un lac vu au canada dont nous avons oublié le nom. Nous bivouaquerons trois jours dans les rues de Huaraz sans que personne ne nous dise quoi que ce soit.

 

Nous rejoindrons la côte pour nous rendre à Lima en traversant des hauts plateaux comme il en existe beaucoup ici. Paysages somptueux mais difficile de faire des photos car c’est l’immensité qui est impressionnante.

 

Les dernier 150km avant Lima se font au travers du désert. A l’arrivée sur Lima des dizaines de petites maisons en bois que nous qualifierions d’abri de jardin sont disséminées dans les dunes qui bordent la route. La ville de Lima regroupe à elle seule près de 50% de la population du pays et sa constante augmentation de population cause beaucoup de problèmes de développement.

 

Nous resterons plusieurs jours à Lima  qui est un ville quelconque mais dont le centre historique et certains quartiers offrent quelques attraits. Nous avons déposé le camion chez Mercedès pour faire des changements de filtres et la vidange ainsi que les deux pneus arrières qui en avait bien besoin. Un petit séjour à l’hôtel est toujours le bienvenu.

 

Nous quittons Lima sans regret en milieu d’après midi pour bivouaquer en dehors de la ville et nous trouvons un petit port de pêche, Pucasana, complètement oublié des touristes mais qui vaut le détour. Nous y mangeons un des meilleurs Céviche pour un prix dérisoire. Le Céviche est un plat de poisson cru typique du Pérou.

Nous continuerons  notre descente de la côte au milieu du désert, passant par Pisco, Ica et l’oasis de Huacachina. Une vraie oasis, avec les immenses dunes de sable dans lesquelles nous irons nous promener en 4x4. Journée agréable mais un peu trop américanisé pour notre goût.

Puis nous découvrirons un peu par hasard la cité perdue de Huayuri. Il était un peu tard, nous voyons un panneau sur la route et décidons d’aller voir. 8 km de piste pas trop mauvaise et nous arrivons dans un endroit absolument désert, aucun bruit, pas même des chants d’oiseaux. L’endroit est beau et nous y passerons deux jours, en repartant car nous n’avions pas assez de réserves pour y rester plus longtemps.

 

Puis ce sera les lignes de Nasca qui nous ont bien déçues. Nous avons préféré les figurines de Palpa .

 

Enfin les 600 derniers kilomètres avant d’atteindre Cusco. Six cents kilomètres dont la plupart se font à plus de 4000 m d’altitude. Des cours d’eaux en crue, de la verdure partout des bivouacs le plus souvent en bord de route mais il ne passe pas grand monde et une nuit sans sommeil à 4200 m d’altitude. Nous n’avons pas trouvé la descente et la nuit tombait.

Finalement nous sommes bien arrivés à Cusco, avons un peu cherché le camping réputé de cette ville. Les pentes sont raides à Cusco et les rues pavées étroites, très étroites.

La ville est belle, comme nous l’espérions. Nous resterons quelques jours afin de s’acclimater à l’altitude 3500 m et afin d’aller visiter LE SITE du Pérou:

 

Le Machu-Picchu

 


Écrire commentaire

Commentaires: 3
  • #1

    André Samson (mardi, 12 février 2019 08:48)

    Bonjour à vous deux,

    Somptueux, magnifique, de quoi rêver.
    Merci.

    André.

  • #2

    shaaban mohamed (mardi, 12 février 2019 17:57)

    paysages variés et jolies

  • #3

    Dominique (dimanche, 17 février 2019 00:31)

    Grandiose...contente de voir que vous vous régalez toujours ! Merci pour les magnifiques photos et les commentaires.