De nouveau à Buenos Aires

 

De Colon, nous retournons donc à Montevideo afin d’accueillir nos amis dont le bateau  à du retard.

Nous profitons de ce retard pour gouter le plat national Uruguayien le Chivita, sorte de hamburger sans viande hachée très copieux et vraiment délicieux.

 A près 40 jours de mer, ils débarquent enfin leur magnifique fourgon rondo XL de CS Reisemobil V6 4x4 Mercedès.

Bien sûr, il faut faire les courses, remplir les bouteilles de gaz qui sont maintenant interdite durant le transport, faire le plein d’eau, de gasoil. Toutes ces petites choses prennent du temps mais sont indispensables;

Nous retournons ensuite à Colonia afin de prendre le bac qui nous amènera de nouveau à Buenos Aires. 

Nous en profitons pour faire des photos avec le soleil que nous n’avions pas pu faire la dernière fois.

Traversée en bateau d’une heure mais nous ne resterons pas à Buenos Aires dans un premier temps. Nous ferons un séjour au camping près de Tigre, chez un loueur  Argentins de camping car ou de fourgon Mercedes. Sans doute un des seuls. Il s’agit de ANDREAN ROADS. Si vous voulez passer un petit mois en argentine l’été prochain ou cet hiver, n’hésitez pas à les contacter.

Il possède bien sûr un atelier avec  un super mécano et toutes les adresses utiles pour effectuer diverses réparations. J’en profite donc  aussi pour changer enfin mon lanternau fracassé du cabinet de toilette,par un nouveau ramené de France par mes amis et pour faire faire les réparations de polyester qui s’imposait pour ma porte de cellule. Dernière chose je change mes 4 amortisseurs  d’origine à 130.000 km et me fait poser des protections maison contre les pierres en prévision des nombreux Km de Gravel road que nous rencontrerons pendant notre descente dans le sud. 

J’ai mis des amortisseurs Sachs qui aux dires du mécano sont meilleurs que les Monroe que je pressentais.

 

Mon ami, lui à fait défapper son moteur et supprimer l’AD Blue.

Lire la suite 6 commentaires

De Buenos-Aires à Montevideo

 

Nos amis parisiens arrivent avec leur fourgon le 19 à Montevideo. Comme nous devrions revenir à Buenos Aires avec eux, nous décidons d’aller les accueillir à la descente du bateau. Mais au lieu de refaire le chemin inverse, nous avons le temps de monter jusqu’au village de Colon et de traverser à cet endroit le pont frontière entre Argentine et Uruguay.

Nous quittons donc notre bivouac de BA, les amis Français que nous avons rencontré et reprenons la route. Nous nous sommes finalement retrouvés à 4 camping car Français le long de ce parc. Les bons moments et les apéros furent nombreux. C’est amusant de constater comme le fait de se recréer des habitudes est rassurant. On sait où faire son marché, où acheter son pain, ou aller chercher de l’eau ou vider sa cassette.

 

Pour l’électricité, je n’ai rencontré aucun problème pendant ces 15 jours en stationnaire. Malgré mon frigo tout électrique je n’ai jamais eu besoin de faire tourner le moteur pour charger mes batteries. Je suis descendu au plus bas à moins de 20% et la température de nuit pas trop chaude nous à bien aidé. En contrepartie nous étions stationné à un endroit très ensoleillé ; charge oblige. A cette occasion je me suis rendu compte que les panneaux solaires collés sur le toit comme les mien perdent en efficacité avec la chaleur. Je chargeais plus le matin à 9h que lorsque le soleil était au zénith. La solution des panneaux sur cadre semble donc meilleure en terme de rendement mais le poids est nettement plus important. On ne peu pas tout avoir.

Lire la suite 6 commentaires

Buenos-Aires

Comme toutes les grandes villes, nous appréhendions notre visite. Devoir se déplacer, se garer, trouver un endroit pour la nuit est toujours un peu une gageure  en camping car. Nous débarquons de notre ferry vers 11h30, nous nous accordons quelques minutes pour régler le GPS sur un point que nous avait fourni un ami voyageur et nous nous élançons dans la ville. Première surprise , ça circule bien, pas d’embouteillage, les avenues sont larges, jusqu’à 10 voies de circulations et les gens assez cools.

Nous arrivons sur notre point une dizaine de minutes plus tard. Que demander de plus, le stationnement est dans un parc, non payant, eau à volonté et vidange sans problème des eaux noires dans les WC du parc à moins de 100m. Exposition parfaite pour les panneaux solaires encore faut il que le soleil veuille bien se montrer.. On peut rester autant que l’on veut, personne ne trouve a redire. Juste un peu de bruit de circulation le matin à partir de 6h. Rien de bien méchant.

 

Nous sommes dans le quartier de Puerto Madero et nous commencerons la visite par là. Le port n’est pas loin pourtant c’est un quartier huppé de la ville, situé un peu en dehors. Il est très prisé pour venir y faire du sport ou pour se restaurer.

Lire la suite 7 commentaires

Les chutes d'Iguazu et les Missions Jésuites

Les chutes d’Iguazu et les Missions Jésuites du Paraguay

 

La visite des chutes d’Iguazu côté Argentin est un vrai régal. Trois circuits sont à découvrir. Ils permettent de voir les chutes du bas, du milieu et du dessus. On ne découvre pas côté argentin l’intégralité du site d’un seul coup d’œil mais le spectacle est quand même au rendez-vous. Les Okapi pullulent sur le site. Ils peuvent être agressifs.  Les oiseaux sont nombreux avec cette diversité propre à l'amérique du sud.

 

Lire la suite 2 commentaires

De Punta del Este à Colonia

Mais avant d’arriver à Punta Del Este, la route le long des plages est superbe et quelques kilomètres avant , elle enjambe grâce à un magnifique rond point , une petite rivière qu’il fallait auparavant traverser en bac.

A l’entrée de la ville un pont très emblématique aussi, construit en 1965 témoigne du savoir faire des Uruguayens en matière de construction. Ce pont était à cette époque un véritable défi à la construction en béton. Trop petit il fut dupliqué dans les années 2000. Mieux vaut le prendre à faible allure comme recommandé sinon gare au décollage.

Punta Del Este, n’est pas la ville du siècle. C’est une ville balnéaire où le tourisme est roi mais qui n’offre pas grand chose à ses visiteurs. Son monument emblématique est plus beau en photo qu’en réalité. Nous y avons malgré tout passé de bons moments car les bivouacs étaient faciles et confortables. J’entend par là qu’ils étaient calmes, que nous avions de quoi faire le plein d’eau et les vidanges sans problème. Nous avons aussi assisté à l’arrivée de quelques voiliers participant à une course autour du monde en 16 étapes et ouverte, moyennant finances à des équipiers non expérimentés.

 

Nous n’avons malheureusement pas vu de baleines alors que la semaine auparavant la baie en était bondée. Sans doute avaient elles commencé leur lente migration vers le Sud ou alors le temps était tellement mauvais qu’elles ne montaient pas en surface. Froid et pluie ne nous ont pas lâchés pendant 3 jours

Montevideo, capitale de l’Uruguay. La ville regroupe environ 1/3 de la population du pays soit près de 1 million d’habitants. Dès notre arrivée, nous passerons 2 nuits dans un camping un peu hors de la ville  mais dont le propriétaire cultive des légumes bio et fabrique du bon pain. Munis  de réserve, nous exploitons un renseignement et nous réussissons à faire remplir notre réservoir de GPL dans une station gaz. Soulagement. Nous étions au plus bas.

La vieille ville , coloniale, regorge de vieilles bâtisses plus belles les unes que les autres mais souvent en mauvais état. Les quelques qui sont rénovées sont magnifiques. Là aussi le bivouac est confortable et nous passerons 4 nuits calmes à deux endroits différents avec vue sur le Rio Grande. Nous ferons la rencontre de deux français en attente de leur véhicule avec qui nous partagerons un bon moment au restaurant.

Le port de commerce est la principale activité de la ville. L’Uruguay ne possédant pratiquement pas d’industrie. Par contre c’est un gros exportateur de viandes et de céréales. Ce sont aussi de gros consommateurs, les N°1 mondiaux pour ce qui est de la viande avec + de 60 Kg / personne/ an.

 

On comprend mieux quand on voit la taille des steaks dans les assiettes des restaurants ou plus simplement les barbecues dans ces mêmes restaurants.

Quelques 180 Km plus loin, en longeant le Rio Grande, on arrive pratiquement au terme de notre traversée de l’Uruguay avec la ville de Colonia Del Sacramento. Petit bijou de ville coloniale. Seule ville de l’Uruguay à avoir été colonisée par les Portugais. Nous y avons passés plusieurs jours, avec moins de confort mais toujours avec une vue imprenable sur le Rio. Flâner dans les petites rues ombragées avec pour une fois du soleil fût un véritable régal. De là nous embarquerons pour un ferry de plus. Une heure plus tard nous débarquerons à Buenos Aires, mais cela est une autre histoire….

5 commentaires

Notre Position



Laissez nous un message, ici , ou sur notre mail, nous vous répondrons dès que possible avec plaisir si vous laissez votre mail.


Note : veuillez remplir les champs marqués d'un *.