Medellin et Guatape

Medellin et Guatape

Las d’attendre en vain une pièce qui n’arrive pas et que personne n’arrive  localiser, nous décidons de continuer notre visite de la Colombie.

Nous louons donc une voiture pour nous rendre à 400 Km de Bogota dans la ville célèbre pour son cartel : Medellin.

Il est loin le temps du cartel. La ville est en pleine expansion, comporte près de 4 millions d’habitants, et est dotée d’infrastructures modernes, très modernes. Un métro aérien, un tram à 1 seul rail, de très nombreuses lignes de bus et plusieurs téléphériques pour desservir des quartiers presque inaccessibles par la route. Deux lignes de téléphériques supplémentaires sont d’ailleurs en construction pour parfaire la desserte.

Malgré celà, la circulation est ubuesque et la pollution très présente. Mais la ville nous plait  car comme Bogota c’est une ville qui vit a cent à l’heure. Les fins de journées sont extraordinaires avec ses centaines de marchands ambulants qui crient à tue tête pour vanter les mérite de leur marchandises. Cela va des fruits, au accessoires de portable en passant pas les lacets et les bonbons et bien sur la nourriture.

Nous passerons 3 jours dans cette cité. De beaux bâtiments, de nombreuses églises et des parcs et jardins assez nombreux la rendent agréable au visiteurs qui peuvent souffler un peu dans des endroits plaisants. Le parc Botéro, véritable musée en plein air ou bien cet autre dont je tairais le nom ou nous avons pu assister au ballet bien rodé des prostituées qui viennent se faire draguer sur les bancs publics.

 

Nous avons aussi visiter le quartier 13. C’était le quartier ou la criminalité était la plus forte et par la volonté des gens et l’aide d’artiste , c’est entrain de se transformer en quartier artistique. Bien sûr, je ne m’y promènerai pas a la tombée du jour mais on peut quand même le visiter dans la journée en toute sécurité.

 

Ensuite , nous avons pris le chemin du retour mais en passant par un petit village un peu magique. Guatape. 

C’est un village perdu au milieu des montagnes, au bord d’un lac dont personne ne sait ni ou il commence ni ou il finit, le tout surplombée par une sorte de dent de requin en granit qui doit faire environ 140 m de haut. L’escalier fait officiellement 659 marches mais il faut en monter encore une quarantaine pour accéder sur la plate forme. On en bave un peu pour monter quand même mais de là on découvre une vue splendide sur le lac. Quand on pense aux livreurs qui livrent a pieds avec 10 grosses pastèque sur le dos ou des caisses de boissons......

Le village lui est une explosion de couleurs et de bas reliefs, de porte peinte et de barreaux multicolores.

 

Nous avons adoré et nous nous y sommes même projeté pour après notre voyage. En pensée pour le moment…….

En rentrant nous apprenons que notre p!èce est a Bagota. Nous la récupérerons le lundi et quitterons enfin la ville le Mercredi matin.

2 commentaires

La Panne

 Panne

Aujourd’hui juste un récit. Pas pensé à prendre des photos. Sauf de nos "sauveteurs" Quel âne !!!!

Notre Vagabond à 95.000 km. Nous le laissons chez Mercedès pour une petite révision à savoir: Changer la pompe de lave glace qui à rendu l’âme, changer la courroie moteur,

Voir pourquoi le frein à main qui n’a plus aucune efficacité et surtout trouver la cause de ce bruit désagréable à froid le matin.

Nous récupérons le camion après 3 jours et partons au Parc National de Sumapaz, situé à près de 4000m d’altitude et à environ 60 Km.

Au bout de 35 km je m’arrête faire le plein. En repartant, le voyant moteur s’allume clignotant. Mais tout fonctionne normalement et je décide de continuer espérant qu’il finira par s’éteindre. (C’est déjà arrivé)

Nous attaquons les derniers 20 km sur un chemin de terre en montée où la vitesse ne peut excéder 20 km/h. Les dix premiers kilomètres tout va bien, puis le moteur semble perdre de la puissance peu à peu. Finalement accélérateur au plancher il n’avance plus.

Heureusement, nous venions de passer un autre chemin sur notre droite. Je redescend donc en marche arrière car impossible de faire demi tour avant ce chemin et là pendant ma manœuvre le moteur cale et impossible de redémarrer. La température moteur est à 100° et le ventilo ne s’est pas mis en route.

Heureusement, nous sommes en travers du chemin mais les quelques rares véhicules qui passent peuvent nous contourner par l’arrière jusqu’à l’arrivée d’un mini-bus de travailleurs.

Tout le monde descend et on entreprend de garer le camping car un peu mieux pour laisser passer les camions.

Je pensais qu’une fois la température redescendue, il redémarrerait. Mais non. Il est 5h de l’après midi, il fait 8° , nous sommes à 5625 m d’altitude. Pas de réseau téléphonique avec notre opérateur.

Deux couples vont s’arrêter et vraiment nous aider. Ils appellent Mercedes car leur portables fonctionnent et de fil en aiguille on fini par faire venir un dépanneur qui viendra nous chercher vers 19H.

Lorsqu’il arrive, je me dit que le camion est trop petit mais il semble connaitre son affaire alors je laisse faire. Le chargement est long et une fois le camping car installé sur le plateau, la roue arrière et à moitié en dehors. Il commence la descente mais s’arrête au bout de 20 m. Il se rend compte qu’il ne pourra pas descendre. Nous sommes trop gros et trop lourd. Problème il veut bien sûr être payé.

Après moult palabres je lui promet de le payer mais il faut qu’il me trouve un autre dépanneur. Ce qu’il fait.

Nous déchargeons donc le camion une centaines de mètres plus loin et attendons la nouvelle dépanneuse qui arrivera vers 23h. Pour tout arranger il se met à pleuvoir. Il fait 5°.

La nouvelle dépanneuse est bien pus grande. Le chargement s’effectue en 15 minutes.

Nous quittons en les remerciants les 2 couples de Colombiens qui sont restés avec nous et nous ont tant aidés.  Nous donnerons un très généreux pourboire à l’un des deux et inviterons l’autre au restaurant le dimanche.

Nous voyagerons dans le camping car bridé sur le plateau de la dépanneuse ce qui est très impressionnant vu la pente et l’état du chemin par endroit. GPS Branché, nous ne dépasserons jamais lors de la descente les 15km/h.

Nous arrivons à 4h du matin chez Mercedes ou les gardiens qui nous attendaient nous ouvrent les portes. Fin de l’aventure.

Le lendemain  le mécano me dit que le ventilo marchait. Sans doute après avoir été discrètement rebranché.

Depuis nous attendons notre nouveau filtre à particule parti le lundi 20 août de Hollande.

 

Bon WE à tous.

 

6 commentaires

De Minca à Bogota

Après le désert nous avions envie de fraicheur aussi nous avons rejoint le petit village de Minca. Le village par lui même n’offre pas vraiment d’intérêt mais il offre des possibilités de randonnées multiples et variées et son altitude le met à l’abri des moustiques et de la chaleur. Nous avons fait deux randonnées pleines de charme même si nous en avons un peu bavé car nous avions perdu l’habitude des dénivelés importants.

 

La première s’est terminée sous la pluie battante mais qu’importe.

 

Nous sommes ensuite partis pour la ville Mompox. Ancienne ville coloniale, abritant un gros port sur le fleuve, c’est une ville assez peu visitée car d’un accès difficile. Obligation de prendre un bac et de parcourir plusieurs dizaines de kilomètres de pistes en terre pas toujours très bonnes.

 

La ville par contre est magnifique. Elle s’étire tout le long du fleuve. Le port n’est plus utilisé car le fleuve n’offre pas assez de tirant d’eau et les bateaux sont donc obligatoirement à fond plat. Nous avons en plus la chance de venir pendant la célébration de l’anniversaire des 450ans de la ville. L’ambiance était au rendez vous.

 

Puis direction Pamplona située à 2600m d’altitude et entourée de sommets de 4000m. Un peu déçus malgré tout par cette ville, nous avons fait demi tour pour rejoindre la ville de Bogota. Bien sûr comme nous ne parcourons pas plus de 200km par jour, nous avons bivouaqué dans différents petits villages et avons visité au passage la cathédrale souterraine de Zipaquira. Travail colossal que de creuser cette immense cathédrale dans une mine de sel, mais grosse déception car l’exploitation du lieu tient plus du supermarché que d’un lieu de culte.

 

La ville par contre est assez sympa et nous y passerons une très agréable journée.

 

Pour la visite de Bogota, nous amenons le Vagabond chez Mercedes pour régler quelques petits soucis et réservons trois nuits dans un hôtel du centre ville, le temps que les réparations soient faites.

La ville de Bogota est la 3ème capitale du monde par l’altitude derrière Lima et Quito. Elle est située à 2600 m environ mais son point le plus haut, le sanctuaire de Montserrate est lui à 3152 m. Il n’est accessible que par le téléphérique ou le funiculaire.

Bogota est donc une grande ville de près de 9 Millions d’habitants. Son centre historique colonial comprend la place Simon Bolivar et ses environs ainsi que le quartier de la Candelaria.

La place Simon Bolivar est bordée de très beau immeubles gouvernementaux dont le congrès et de palais du gouvernement. Elle est impressionnante par sa taille. Les quartiers adjacents sont pleins de charme avec des petites rues grouillantes d’activités et curiosités et  de restaurants.

Certaines rues en pentes  et les escaliers nous rappellent bien vite que nous sommes à 2600m d’altitude et sans doute pas encore bien acclimatés.

Quelques magnifiques églises complètent le tableau.

On peu y visiter le Musée de L’Or, celui de la police et bien d’autres. Nous ne manquerons pas de visiter le premier car il est considéré comme le plus beau musée pré-colombien du monde.

Un peu plus loin, à l’autre extrémité de la vieille ville  nous visiterons aussi le musée National dont une bonne partie est consacrée à l’œuvre de Botero, grand peintre colombien dont les femmes aux formes rebondies sont connues et admirées dans le monde entier.

Le centre ville lui est constitué d’immeubles soit très modernes soit en brique rouge, matériau très prisé dans cette ville. On se croirait a Toulouse. La différence d’ambiance entre les quartiers d’affaires et les quartiers populaires grouillants d’activités en tout genre est frappante.

Nous terminerons (nous le croyons) la visite par la montée au Sanctuaire du Montserrat en téléphérique. Nous espérions descendre à pieds mais le chemin est interdit car en réfection. De la haut nous pouvons admirer la ville dans sont ensemble.

Le matin du 4ème jour, nous récupérons notre camion chez Mercedès et décidons d’aller visiter le Parc national de Sumapaz.

 

Mais ceci est une autre histoire………………


4 commentaires

Le Désert de Guajira

Le Désert de Guajira

Pour cette visite nous laissons notre Vagabond dans un parking et avec nos amis "Les Voyageurs Passionnés » nous nous offrons les services d’un guide et surtout d’un 4x4, bien préférable à nos lourds camping car pour affronter les pistes du désert. Bien qu’ayant 21 ans, il était fringuant et nous n’avons du passer en 4x4 une seule fis sur les trois jours.

Nous partons donc pour trois jours de ballades et de découvertes. Nous passerons les nuits dans des hotels sommaires mais quand même confortables et choisirons l’option chambre plutôt que la solution Hamacs.

Ce désert appartient aux indiens Wayuu. Ils y survivent en élevant des chèvres, en vendant de l'artisanat et malheureusement aussi en y faisant pratiquer la mendicité par des jeunes enfants. Ceux ci instaurent des barrages sur les endroits stratégiques des pistes et chaque véhicule doit laisser son obole. cela va du petit pain, à la bouteille d'eau en passant par le café et le fromage.

Nous commençons notre visite par les marais salants. Ce sont les plus grands de Colombie. Ne cherchez pas d’outils modernes, de tracteurs ou de pelleteuses. Tout se fait à l’ancienne, avec des brouettes et de la sueur.

 

 

Le désert je ne connaissais pas et je me l’imaginais monotone/ du sable à perte de vue. Eh bien je me trompais lourdement. Le désert , c’est magique et celà n'a rien de monotone..

Après chaque bosse le paysage change. On passe du sable à la terre , de la terre à la roche et en plus ici on longe parfois la mer de Caraïbes.

Nous avons donc gravi à pied la plus haute dune de ce désert . Elle plonge directement dans la mer.

Nous avons escaladé le « pain de sucre » sorte de bloc de granit qui sort de terre et qui s’élève à guère plus de 100m de haut. C’est le point le plus haut. Nous étions accompagnés par un vent vraiment très violent.

Nous sommes aussi passé par le point le plus Nord de l’Amérique du Sud.

Nous avons aussi assisté à un coucher de soleil en Bord de mer sur une plage de rêve. 

Nous avons tous beaucoup apprécié cet épisode et nous aurions aimés y passer un peu plus de temps. Mais les meilleurs choses ont une fin, c’est pour ça qu’on les aime.

4 commentaires

La Colombie; Cartagena.

Cathagène des Indes.

Nous rejoingnons donc Cartagèna en avion et profitons des quelques jours d’attente pour profiter du confort d’un petit hotel, Nous pouvons ainsi visiter cette ville tranquillement.

Nous avons aimé Cartagèna et je pense que toute personne qui y vient aime cette ville. Un peu comme Panama City, elle est constituée de deux partie bien distinctes. La vieille ville, ou la ville coloniale et la ville nouvelle et le port.

La jonction entre les deux se faisant par des bassins du port réservés aux bateaux de plaisance.

La vieille ville est pleine de charmes. Des petites rues commerçantes grouillantes d’activités, des maisons coloniales colorées , de la musique avec quelquefois une bonne odeur de café au coin d’une rue. On se croirait dans le vieil Antibes mais en beaucoup plus grand. Les remparts qui ceinturent la ville font 11 km de long et l’on peu aussi visiter « la citadelle « , qui est la plus grosse construction espagnole du continent américain. Cette citadelle qui défendait la ville fut le théatre d’une sanglante bataille où 7500 des 12000 habitants trouvèrent la mort.

La ville nouvelle est une ville classique. Nous la traverserons sans vraiment la visiter lors de la récupération de notre camion et y passerons la dernière nuit au bivouac au bord de l’eau.

Et puis il y a le port de commerce qui génère une activité importante. Les bassins sont assez éloignés du centre ville mais ont peu en apercevoir les grues de chargement.

 

La récupération de notre vagabond se fera sans problèmes car nous avions pris l’aide payante d’un « helper ». Il faut dire que les multiples bureau ou il faut passer pour une coup de tampon par ci et un papier par là sont quelquefois éloignés de 6 ou 7 km et que si vous n’avez personne pour vous piloter la récupération prend 2 jours de plus facilement.

0 commentaires

Le Costa Rica et le Panama

Le Costa Rica et le Panama,

Le passage au Costa Rica se passe sans problème. Les douaniers n’étant pas débordés vu les barrages au Nicaragua.

La première chose qui frappe au CR, ce sont les prix. Ici tout est relativement cher, des prix français dans les restaurants. Le $ est roi. Le pays est tourné vers le touriste, ou plutôt vers le portefeuille du touriste. La moindre visite d’un ersatz de parc national coute 15$ par personne. Quelquefois, cela consiste en un chemin de 1,5 km tracé dans la forêts. On est censé y voir des animaux qui y vivent mais nous n’en avons jamais vu une seul. Je parle là d’animaux symboliques comme le toucan ou le paresseux, ou l’ocelot.

Le CR est réputé pour ses plages, sa végétation et sa faune. Les plages du Pacifique sont très belles mais elles sont pour la plupart plus fréquentées par les surfeurs que par les baigneurs. La baignade y est possible mais reste dangereuse du fait des courants. Les villes sont soit cotées et dans ce cas américanisées à l’extrême mais ce n’est pas la culture ou l’histoire qui priment, ou pas cotées et dans ce cas il n’y a rien à voir.

La capitale, San José nous a réservé quelques bonnes surprises avec quelques beaux édifices, des musées, bien que celui de l’or fût fermé. Nous y avons passé 3 jours.

J’oubliais une désagréable habitude du CR. Presque toutes les maisons en ville comme à la campagne sont emprisonnées derrières des grilles très souvent surmontées de barbelés sophistiqués. La prison à vie pour les propriétaires. Pourtant le pays est réputé sûr. Nous n’y avons rencontré aucune agressivité et avons toujours dormi sereinement.

Le coté mer des Caraïbes nous a plus plu. Les petits villages sont sympathiques et même si le tourisme est roi, l’ambiance est meilleure que sur le Pacifique. Il faut signaler que c’est sans doute moins fréquenté.

 

En fait je pense que notre relative déception vient du fait que nous avions avant, visité des pays comme le Salvador ou le Guatemala et que ces pays offrent une végétation similaire, des plages similaires, une faune semblable et nous avons bien entendu pas été émerveillés comme un vacancier arrivant d’Europe directement au CR.

 

Le Panama, on en parle peu , pourtant c’est un pays qui monte touristiquement parlant. Toujours les mêmes critères que le CR sauf que les prix sont plus raisonnables, les gens plus courtois. 

Nous sommes passés par la partie touristique du Panama, l’ile de Bocas del Toro où nous avons rencontré des français installés depuis 4 ans, qui font de l’accueil de luxe sur leur ile dans un superbe motel contruit de leur mains. Ils nous ont gentiment invités à passer une nuit chez eux, ce que nous avons bien apprécié.

La capitale est une superbe ville divisée en trois parties, l’une coloniale, une pauvre et la troisième, c’est New-York ou Chicago.

La partie coloniale est superbe. De beaux bâtiments, pour la plupart rénovés et d’autres qui ne demandent qu’à l’être. Le centre historique gagne petit à petit du terrain sur la partie pauvre et l’on voit très nettement la frontière entre les deux. C’est la partie touristique de la ville, avec de nombreux restaurants, des ruelles, des balcons et une animation de tous les instants.

 

La partie neuve elle , c’est la grande ville moderne comme nous les connaissons tous. Mais cette ville c’est aussi de très belles avenues bordées de promenades et de pistes cyclables et bien sûr la sortie de son célèbre canal sur le Pacifique. A voir absolument.

Nous avons visité l’écluse de Miraflorès. Elle a fait l’objet d’agrandissement lui permettant maintenant d’accueillir en plus les supertankers dans une autre écluse creusée parallèlement aux premières. Vous en apercevez un en arrière plan sur une photo. Malheureusement cette nouvelle écluse n’est pas visitable.

Il faut savoir que les trois séries d’écluses permettent de passer la montagne et de monter les bateaux à 27 m au dessus du niveau de la mer. Il faut environ 10 h à un bateau pour passer d’un océan à l’autre. Le coût varie de 150 à 750.000$ pour les bateaux de 32m de large à 3 fois plus pour les super tankers.

Le canal coûte 1 million de $ tous les 3 jours d’entretien mais rapporte quand même 1 Milliard de $ au Panama net chaque année.  Beaucoup plus que ce que versaient les américains ( 14 fois moins ).

 

Nous ferons ensuite une petite visite au fort de Portobello.

 

Les formalités d’enregistrement de notre camion pour la Colombie sont assez simples mais assez longues et nous sommes passés par la ville de Colon où se trouve le port d’embarquement. Là, énorme surprise, on a l’impression que c’est une ville en guerre, hyper dangereuse où le moindre déplacement doit se faire en taxi. Nous n’avons même pas pu prendre de photo sauf une à la sauvette de l’intérieur du camion. Vous la reconnaîtrez.


6 commentaires

De Guatemala City au Costa Rica

De Guatemala City, pas grand chose à retenir. Quelques beaux immeubles, une belle église baroque, de bons restaurants, un centre commercial qui ferait pâlir les plus beaux de chez nous. sinon, c’est une grande ville , grouillante d’activité, à la circulation infernale.

Nous préférons retenir la rencontre avec nos deux jeunes mariés qui nous ont accueillis avec beaucoup de chaleur et qui nous ont fait visiter leur ville, leur restaurant, qui nous ont parlé de leur pays qu’ils aiment tant. Nous avons passé deux jour formidables en leur compagnie et nous pensons sincèrement les revoir en France une fois que nous serons rentrés.

 

Nous avons fait une sympathique petite incursion sur les plages du pacifique afin de voir les plages de sables noir et de faire prendre le bac à notre vagabond.

Puis nous sommes entrés au Salvador. Le passage de la frontière qui ne devait être qu’une formalité, nous a pris plus de temps que prévu car une manifestation pacifique du village frontière bloquait celle ci depuis 4 jours et nous avons du rebrousser chemin pour nous rendre à un autre poste frontière. 

La capitale  San Salvador possède quelques attraits et surtout un marché impressionnant dans lequel nous nous baladerons une journée entière. Je m’y suis même fait couper les cheveux pour 1$.

C’est un peu déroutant ce pays ou la monnaie est tout simplement le $ américain.

Nous nous rendrons ensuite à  Puerto Libertad pour voir le marché aux poissons puis à La Union pour nous rapprocher de la frontière en faisant un crochet par San Miguel. . Rien de très passionnant mais nous avions besoin de trouver une lavanderia pour notre linge. Ces petites villes ne sont pas inintéressantes mais ce sont de villes commerçantes, sans véritable histoire.

En dehors de leur formidable dynamisme, de leur rues surchargées en marchandises de toutes sortes, elles sont toutes identiques et n’offrent pour le touriste que fort peu d’attrait.

 

La Union et Puerto Libertad offraient en plus des points de vues agréables.

 

Nous passerons ensuite au Honduras et nous rendrons dans la capitale Tegucigalpa. Nous ne descendrons même pas du camping car tellement la ville est inconfortable. Une circulation infernale, pas une place de stationnement mais surtout rien de beau à voir. Même la place centrale ne nous a pas incité à faire l’effort de s’arrêter.

Nous avons continué notre route jusqu’a vallée Los Angeles, où nous avons par hasard rencontré le capitaine des pompiers Luis et son épouse Rosa qui en échange de la visite de notre camping car nous ont gentiment accueillis dans leur jardin pendant deux nuits. 

En plus le petit village était fort sympathique et nos avons pris beaucoup de plaisir à le parcourir de long en large et à visiter toutes les boutiques d’artisanat local.

Nous aurions pu rester quelques jours supplémentaires au Honduras mais nous devions impérativement passer la frontière du Nicaragua le 2 Juin

Le Nicaragua, bien que très agréable, est malheureusement englué depuis quelques mois dans un conflit social violent (plus de 40 morts) et les nombreux barrages tout au long de la route, l’agressivité de certains manifestants (une infime minorité)le temps perdu et les passages quelquefois un peu hasardeux pour contourner les barrages, le temps qui s’est mis à la pluie, font que l’on a pas envie d’y rester très longtemps.

Nous visiterons malgré tout la très belle ville de Granada, devrons renoncer à visiter Massaya et Managua la capitale, de nombreuses personnes nous l’ayant déconseillé.

Nous passerons une nuit à San Jorge en face des iles de Ometepe, mais le temps est tellement bouché que l’on apercevra à peine le volcan culminant quand même à 1610m pour le plus haut; Conception.

 

Nous déciderons d’aller quand même visiter San Juan del Sul sur le Pacifique et ne le regretterons pas.

3 commentaires

De Nouveau Au Guatemala

Après le mariage qui s’est fort bien passé dans un endroit un peu magique comme c’est église troglodyte et la mairie sur un éperon rocheux au milieu de l’eau, nous avons rejoint au plus vite le Guatemala afin de ne pas être trop pénalisé par la saison des pluies qui débute.

Notre entrée au Guatemala qui ne devait être qu’une formalité à pris plus de 3 heures. Nous avons du faire venir un avocat, qui nous a fait un papier certifiant que le camion bien qu’a mon nom, appartenait en fait à nous deux. De ce fait et sous la responsabilité de Laila, nous avons pu enfin rentrer au Guatemala en payant bien entendu les services de l’avocat en plus. 200 quetzal soit un peu plus de 20€. On s’en sort bien.

Notre première étape fut le Lac de Peten itza appelé couramment le lac Florès.

 

 

 

 

De là nous avons visité le site incontournable de Tikal. C’est l’un des plus important site maya. Près de 3000 constructions y sont recensées sur 6 Km2 même si beaucoup moins sont visibles. Ses constructions datent de 400 av JC à 1500 ap JC ce qui fait presque deux millénaires d’activité.

 

 

 

 

 

Nous sommes ensuite descendu vers le Rio Dulce, pour une petite visite à Livingston, la ville noire du Guatemala. La ballade en bateau dans le bayou sur le Rio Dulce restera un excellent souvenir. La visite de Livinstone ne prendra que quelques heures et se terminera par un bon repas de poisson au restaurant. La nourriture au Guatemala est bien meilleure qu’au Mexique.

 

 

 

 

Nous continuons notre descente sur Coban. La ville en elle même est sans grand intérêt si e n’est qu’on y trouve tout ce que l’on veut trouver.

Par contre nous visiterons avec grand intérêt les Sites proches de Orquigonia, une sorte de Musée vivant de l’orchidée et le lendemain une coopérative de café « Fince Chitoj »ou nous apprendrons des tas de choses sur le café.

Deux visites passionnantes.

 

 

 

Nous continuerons par Guatemala City, ou nous devons retrouver deux jeunes Guatemaltèques rencontrés à Florès.

 

Mais ceci est une autre histoire.

 


3 commentaires

Le Belize

Le Belize,

Petit pays d’Amérique centrale, c’est le seul dont la population est noire en majorité (+de 60%), . C’est aussi le seul dont l’anglais est la langue courante.

La population non noire est constituée de chinois, d’Indous, et de Mexicains et de Mayas.

Le pays est souvent décrit comme peu sûr, pourtant nous n’y avons rencontré aucune agressivité et nous sommes toujours sentis en sécurité, même lors de nos bivouacs à Bélize City , qui soit dit en passant n’est pas la Capitale.

Première constatation immédiate après la frontière: La route est bonne et les topès peu nombreux et surtout situés à des endroits judicieux (entrée et sortie de village pour la plupart). Je dis La route car il n’y en a qu’une qui forme un grand Y dans le Bélize. Toutes les autres voies de circulation sont des pistes en terre plutôt en bon état pour celles que nous avons pratiquées.

La seconde constatation est que c’est plutôt propre contrairement au Mexique où la moindre zone d’arrêt en bord de route est transformée en dépotoir.

La troisième que nous constaterons un peu plus tard en visitant, c’est que la musique est plutôt bonne et surtout qu’elle n’explose pas au travers de haut parleurs saturés de basses comme au Mexique.

Sinon , pas grand chose à visiter, les sites archéologiques sont peu nombreux. Nous visiterons les restes de Lamanai accessibles après 50Km de piste.

Ils nous permettront de découvrir que de nombreux Mennonites vivent dans la région. Ce sont en fait de hamishs un peu moins rigoureux. Nous doublerons donc moult  carioles tirées par des chevaux.

 

Le site de Lamanai est intéressant car situé en pleine jungle et la ballade entre les différentes ruines est vraiment dépaysante.

Ensuite ce fut Belize City, la plus grande ville du Belize. 

 

Pas vraiment d’intérêt mais c’était le point de départ pour l’ile de Caye Caulker que nous avons adorée. C’est beau, c’est sur la barrière de corail, la seconde du monde après l’Australie. Nous y avons nagé avec les raies et les requins. Laila s’est essayée au masque et au tuba pour profiter au mieux de ces animaux peu communs pour nous.

L’eau était bien entendu chaude et translucide à souhait.

 

 

 

Nous sommes ensuite descendus jusqu’à Placencia, sorte de presqu’ile encore peu exploitée mais au vue des nombreux sites à vendre, il est fort probable que ce petit village de pêcheurs devienne dans quelques années, l’équivalent de Playa Del Carmen au Mexique. Un lieu hyper touristique où tout le monde vend la même chose, où tous les hôtels de « luxe » se ressemblent et où la police locale patrouille sans arrêt pour assurer la « sécurité « des quelques américains qui vivent là, ou qui y ont leur villa de vacances. Quand on peut pas se payer Miami, on vient frimer au Belize, c’est plus abordable.

 

La campagne Belizienne est des plus agréable. C’est la jungle avec toute la luxuriance que l’on imagine. Le relief est assez valloné, un peu comme le Guatemala .

 

Pas grand chose à voir mais malgré tout, mais c’est pour l’instant le seul pays où l’on aurait eu envie de s’installer si celà était d’actualité.

 


3 commentaires

De Merida au Belize

Merida au Belize

 

Nous sommes allés à Puerto Progresso. Belle plage, grand village qui se développe en ce moment en s’ouvrant au tourisme. Des visites du bayou ou l’on peut voir des crocodiles et des flamands roses sont proposées mais nous n’y avons pas été.

En allant à Valladolid, nous nous sommes arrêtés à Izamal, le village jaune.

Magnifique petit village, entièrement peint en jaune et qui renferme un superbe couvent que nous avons visité, et 3 sites archéologiques Mayas. Nous n’avons visité que la plus haute des pyramides et rien ne nous explique pourquoi 3 sites dans un périmètre aussi restreint?

Valladolid sera la dernière ville du Yucatan que nous visiterons. Ville moyenne dans la province et offre quelques beau monuments, un monastère  et un zocalo (place centrale) agréable mais rien ne dit pourquoi elle revêt pour les voyageurs autant d’intérêt. Elle fût néanmoins le siège d’un procès célèbre ou l’église devait juger si les indigènes , les mayas en l’occurence devaient être considérés comme des humains ou comme des animaux?

 

Nous visiterons aussi quelques beaux « cenotes 

 

Ensuite direction Cancun, surtout pour tenter de trouver un panneau solaire et faire réparer mon drone. La ville est agréable, pleine de promenades ombragées, de pistes cyclables , de grand boulevard. C’est la capitale du Quintana Roo, province la plus visitée du Mexique.

Nous avons trouvé un réparateur pour le drone mais devront revenir le chercher dans quelques semaines. Quand aux panneaux solaires, ils ne semblent pas connaître ici.

Playa Del Carmen. Ville incontournable pour tous les fêtards. La plage a été en partie emportée par la mer et des algues malodorantes ont fait leur apparition. A part la zone piétonne de plusieurs kilomètres de long, aucun intérêt dans cette ville ou le moindre pâté de maison démoli est aussitôt remplacé par un hôtel de luxe ou plutôt de faux luxe.

Il est amusant de constater que c’est la province qui à le moins à offrir en terme d’histoire, qui ne ressemble plus vraiment au Mexique tellement elle est influencée par le tourisme de masse, qui est le plus visitée en terme de fréquentation. Les plages et la proximité de Cancun et son grand aéroport y sont sans doute pour beaucoup. Les prix eux sont presque au niveau des prix en France.

 

En fait jusqu’à la frontière du Belize, il n’y aura pas grand chose à voir à part de belles plages, surtout vers Bacalar, car elles ne sont pas envahies d’algues sur la lagune mais sont inaccessibles gratuitement.

 


1 commentaires

Le Yucatan

La Région de Campeche et de Merida

Après Palenque la destination logique est Campeche. Nous avons mis deux jours pour atteindre cette ville car nous ne tenons pas à faire plus de 250 km par jour sur les routes Mexicaines.

Notre arrivée à Campeche s’est effectuée par le musée Maya, installé dans un des deux fortins qui défendaient la ville. Petit musée intéressant car il abrite de très belles pièces trouvées sur le site d’Edzna, 

La ville de Campeche nous a beaucoup déçus. La vieille ville n’est pas si vieille. Elle a en fait été construite dans les années 1980/90. Quand les Mexicains se sont rendus compte que l’histoire était une valeur marchande, ils ont arrêté de démolir et ont reconstruit la vieille ville. De ce fait, peu de monde habite ce quartier dédié au tourisme, On y trouve par contre moult hôtels et d’innombrables magasins et restaurants en tout genre mais il n’y a pas de vie. Les pavés sont trop lisses, les rues trop droites et les couleurs trop stéréotypées. Un beau décor de cinéma. Le front de mer par contre est agréable , avec une longue promenade et pas mal d’activités et de bruit même la nuit, ainsi qu’un petit port de pêche.

 

Nous irons ensuite visiter le site d’Edzna à une trentaine de km. Site magnifique, très bien préservé. Dommage que sur les 25 hectares du site, seuls 6 soient ouverts à la visite. Le reste est enfoui dans la forêt tropicale et il est impossible d’y pénétrer.*

 

Avant de mettre le cap sur Merida, nous sommes bien décidés à aller voir notre premier cénote. Nos amis au gros camion noir nous ont donné un point GPS de l’une d’entre elles qui est particulièrement sympa. Les voies du seigneurs sont parait il impénétrables, mais celle du GPS le sont encore plus.

Nous sommes arrivés au cénote mais par le mauvais coté, donc nous avons fait 7km de chemin de terre pas si mauvais mais suffisamment peu entretenu pour être par moment obligé de forcer le passage entre les arbustes qui bordaient la piste. Pas mal de rayures donc ainsi qu’un clignotant latéral arraché et la perte de mon antenne d’auto radio sur le toit, arrachée elle aussi. Pour l’instant nous n’avons pas pu comparer donc on peu dire qu’on l’a trouvé joli. Un peu trop de monde à notre goût mais le dimanche il fallait s’y attendre.

Merida; grande ville à l’ambiance complètement différente de tout ce que l’on a visité jusqu’alors. Plus européenne, plus « civilisée » Mais une place centrale un peu décevante , de belles avenues bordées de superbes maisons du XIXeme siècle, de belles places mais c’est avant tout une ville commerçante très sécurisée.

Nous y avons dégotté un bon et beau restaurant Français le Bistrot, tenu par des jeunes français 

 

Ensuite nous partons au bout du monde, à Isla Arena. Petit port de pêche perdu au bout d’une ligne droite interminable de 40 km. On y accède par un pont à une voie. Nous y avons passé deux nuits car nous nous y sommes plus. J’y ai même mangé un steak de crocodile. Il y a aussi un petit musée dédié à une acteur mexicain décédé dans un accident d’avion à 41 ans. Ça change un peu de l’archéologie.

 


7 commentaires

Visite du Chiapas

 

Le retour au Mexique se passe sans problème. Juste les douaniers qui oublient de nous tamponner les passeports. Nous verrons le problèmes en ressortant dans 2 mois.

Notre entrée au Chiapas se fait par Comitan, ou nous passons deux jours pour visiter la ville et quelques musées dont celui de Rosario Guiterrez, médecib enterré au panthéon en France.

Nous rejoingnons ensuite San Cristobal de Las Casas, ou nous resterons 3 jours. Visite de cette jolie ville coloniale, de son musée du tissus et celui de l’ambre. Celui ci ancien monastère , transformé en prison, était voué à la démolition quand quelqu’un a suggéré de le transformer en Musée de l’Ambre et à le restaurer petit à petit grâce aux bénéfices tirés du Musée.

La restauration est commencé de très belle manière et on espère qu’elle continuera.

 

 

 

Nous avons ensuite remonté tout le Chiapas pour rejoindre nos amis Fabrice et Marie à Palenque. Eux, doivent rentrer en France et nous tenions à être avec eux pour les derniers jours. Nous sommes resté une dizaine de jours, dans un camping sympa, pas cher (150 pesos/j) ou les singes hurleurs venaient nous voir chaque jour. Ils nous ont même en partie chippé un petit déjeuner.

Après leur départ nous avons par Hazard retrouvé un autre couple de Français, Christelle et Thierry rencontré a Comitan.

Nous avons bien sur visité: 

Le magnifique site Maya de Palenque et nous avons aussi rayonné dans la région pour aller voir 

Yaxhilan site accessible uniquement en pirogue à la frontière du Guatemalal, 

Bonampak et ses magnifique peintures. 

Aqua Azul cascade réputée de la région ou nous avons pu nous baigner. Malheureusement le site est complètement commercial avec des dizaines de commerces qui le dénaturent complètement.

La chute de Misol- Ha, pas terrible.

 

Et enfin Les cascades Roberto Barrios, peu connues mais dans un environnement préservé, bien plus sympathiques que Aqua Azul. Nous avons adoré et y avons même passé la dernière nuit avant notre départ en soudoyant un peu les gardiens.

3 commentaires

Escapade au Guatemala

Nous partons pour le Guatemala. En chefin nous nous arrêtons à Tuxtla pour y visiter un canyon, nous y retrouverons Patrick et Lucie pour une nuit. Notre décision de faire le bas du Guatemala nous permettra de ne pas faire trop d’aller retour lors de notre seconde visite après le mariage. Nous rentrerons cette fois par le Belize et n’aurons pas besoin de venir aussi bas.

Après un passage de la frontière somme toute assez facile (1h30), nous nous dirigeons sur Antigua.

1ère constatation: Les routes sont éprouvantables. Une succession de trous plus ou moins profonds entrecoupée de portion de goudron.

2ème constatation: Les Guatemaltèques sont petits. Moins de 1,70 en général.

Nous nous arrêtons dans un champs de canes a sucre pour passer la nuit. Le métayer , Luis, vient nous trouver pour nous dire de nous rapprocher de sa ferme car l’endroit est dangereux. Nous obtempérons. Le lendemain matin à 6h, alors que nous sommes à 800m de la route principale, la police nous réveille pour nous signaler que nous sommes sur une propriété privée. Et réveille le métayer pour savoir si nous avions vraiment le droit d’être ici. Quand il sont partis,  luis vient nous demander s’ls ont demandé de l’argent ?

Vous avez dit dangereux ?

Nous arrivons à Antigua, ou les rues sont des champs de mines. La Policia Touristica nous accueille gratuitement sur son parking. Ombre et eau sont au RdV ainsi que 6 autres camping car francophones.

Antigua est une ville coloniale magnifique. De nombreux monuments et un habitat qui n’ont pas changé depuis le 17ème siècle. Très visitée, malheureusement elle se transforme et va sans doute perdre de son charme au fil des ans. Ils faut « s’américaniser » afin d’attirer toujours plus de touristes. Nous en profiterons pour gravir le volcan Pacaya. Le volcan Acatanengo avec ses 3700m et surtout ses 1500 m de montée en 7 km nous paraissant un peu trop difficile. En plus son sommet est dans les nuages.

Nous partirons ensuite pour le lac Atitlan. Lac de montagne immense, entouré de volcans dont certain en éruption lente, situé à 1600m d’altitude. Nous mettrons du temps pour trouver le camping que nous cherchions. Le GPS capricieux nous emmenant sur une fausse piste et la route vraiment mauvaise nous obligeant a rouler au pas. Pentes et lacets vertigineux mais l’endroit est idyllique. Un des plus beau depuis notre départ.

 

Nous y resterons 5 jours, nous baladant en bateau taxi et en touc-touc dans les villages voisins.


5 commentaires

Oaxaca et ses Environs

Mario, un ami canadien nous propose de venir faire une ballade en bateau sur le Pacifique a  partir de Huatulco. Nous ne refusons pas l'invitation et la balade fut Magique.

En plus nous rencontrons ses amis, Sylvain et Lucie avec nous avons aussi passés de très bon moments. Nous ne sommes pas restés longtemps mais ce fut intense.

Ensuite notre déplacement vers Oaxaca fur difficile. Difficulté à trouver la bonne route car le GPS se perdait, route de montagne vraiment défoncée, très très sinueuse et énormément de topes. Bref nous avons mis 8heures pour faire 250 km. Bine sur nous nous sommes arrêté pour un bivouac nocturne afin de couper un peu ce trajet interminable.

La ville de Oaxaca est située à 1500 m d’altitude, sur un grand plateau. Il y fait assez frais et nous sommes content de retrouver un peu de fraicheur.

La ville fut fondée en 1532 par des colons espagnols. On y trouve de très nombreux édifices en très bon état et même si beaucoup ont été détruit par des tremblement de terre la ville à de beaux restes.

Il existe dans ces environs deux site Zapothèques importants, celui du MonteAlban et celui de Mitzla. Nous visiterons le premier

La ville est réputée pour son chocolat et son Mezkal. Vous connaissez le premier , le second est un alcool local, fabriqué à partir de l’agave comme la tequila mais plus fort et surtout plus fumé. On en trouve de nombreuses variétés et nous en dégusterons assez souvent lors de la fête du village à laquelle nous avons assisté.

Nous avons trouvé un petit RV Park dans le village de Santa maria de Tule à 7 km du centre ville. Nous avons découvert dans ce village le plus gros arbre du monde: 14 m de diamètre et 58 m de circonférence, 42 mètre de haut. Son âge est estimé à 2000 ans et son volume à 820 m3. Nous avons eu aussi la chance d’assister aux fêtes de la chandeleur et aussi c’est moins drôle mais tout aussi gai à un enterrement.

 

Nous avons aussi rencontré un couple de français retraité comme nous qui remonte d’amérique du Sud et un couple de Canadien français. Nous avons passés de très bons moments tous ensemble

0 commentaires

Puebla- Puerto Escondido

 

De Mexico nous avons pris la direction de Puebla et de Chelula et sa grande pyramide. Le sommet de cette pyramide de plus de 500m de base à été démoli  par les espagnols pour y construire une très belle église. Cette pyramide est elle même édifiée sur une autre plus petite.

C’est aussi dans cette ville que nous avons gouté des Sauterelles grillées. Eh bien passé le premier moment, c’est finalement très bon à grignoter à l’apéro et si j’en retrouvais ailleurs, j’en rachèterai.

Nous avons ensuite pris la direction d’Acapulco en passant par l’ex ville minière de Taxco. Ville escarpée s’il en est que nous avons visité pendant 2 jours. Toutes les maisons y sont blanches, les taxis sont d’antiques VW coccinelle  qui sillonnent la ville dans tous les sens. Et Dieu sait que les rues sont étroites et escarpées.

Nous sommes passés par Acapulco pour tenter de trouver une pompe d’eau douce pour notre vagabond. Mais comme Acapulco est une ville d’escrocs, nous en avons trouvé une qui était presque au double du prix normal. Elle doit être encore dans les rayons du shipchandler et je lui souhaite de la garder très longtemps. Je passerai donc cette ville sous silence. En plus objectivement elle ne mérite pas une ligne , peut être une photo?

 

Nous sommes depuis neufs jours à Puerto Escondido. Petite ville côtière sur le Pacifique, spot de surf réputé. Les plages sont superbes, les vagues en cette saison sont plutôt petites mais l’eau est encore à 26 ou 27° ce qui est parfait pour nos baignades quotidiennes.

5 commentaires

De Teotihuacan à Mexico

Teotihuacan et Mexico 

 

Nous resterons plus de 2 semaines à Téotihuacan. Le camping est agréable, situé presque au centre ville, la ville est petite, sympa, située à 1h de bus de Mexico et surtout nous y retrouvons Fabrice et Marie et y rencontrons Tatiana et Sébastien, et nous décidons de passer Noël tous les 6 avec les enfants.

La visite du site ne prendra qu’une journée mais nous avions besoin de nous poser une peu après ces derniers mois ou nos bougions sans arrêt.

La fête passée, et tout ce petit monde reparti, nous partons en bus pour Mexico (45 km pour 39 pesos le trajet/personne) en laissant le Vagabond au camping en gardiennage  et nous nous octroyons 6 nuits dans un hôtel sympa.

Mexico est une ville captivante. Nous avions pourtant décidé de la zapper pour cause de pollution, de taille et surtout d’insécurité. Bien nous a pris de changer d’avis.

D’accord cette super mégalopole est polluée, très polluée, un voile permanent flotte au dessus de la ville et c’est la première fois que la pollution m’incommode.

D’accord, cette ville est un peu dangereuse. Dès la réception à l’hôtel, on vous prévient de laisser montre , gourmette et autres bijoux dans le coffre de la chambre, de ne sortir qu’avec un minimum d’argent et de faire très attention à son appareil photos.

D’accord c’est une immense ville qui a absorbé près de 60 communes limitrophes, qui compte aujourd’hui près de 22 millions d’habitants.

Mais la pollution est surtout visible car l’on se trouve à environ 2200m d’altitude;

La ville n’est sans doute pas plus dangereuse que certains quartiers de Paris ou de New York. Il suffit de respecter quelques règles de bon sens pour ne jamais se sentir menacé.

Vous connaissez beaucoup de grandes villes qui possèdent un parc de 686 Hectares, véritable poumon de la ville, Des villes qui possèdent 117 musées dont le célèbre musée d’anthropologie que nous visiterons ainsi que le musée Sumaya et ses 1600 panneaux d’aluninium.

Cette ville nous a plu, par son architecture. Le centre ville et le quartier historique avec ses rues grouillantes de monde, ces petits marchands de tout et n’importe quoi dans tous les coins, ces petits « restaurants » ou l’on mange sur le pouce de délicieuses spécialités.

Les quartiers neufs, avec de grandes avenues bordées d’immeubles modernes  à l’architecture audacieuse qui pourraient rivaliser avec Chicago.

Son métro moderne, propre, sécurisé, ou l’on se déplace pour 5 pesos le trajet.

Pendant 6 jours nous l’avons sillonnée en tous sens , en étant bien conscients que nous ne verrions qu’un aperçu. Nous avons visité 4 Musées, le parc de Zapultepec, la place du Zocalo avec sa cathédrale.

De retour au camping nous avons fait connaissance avec deux nouveaux couples de français en ballade en camping car comme nous dont un avec un Intégral Frankia  Patrick et Céline et nous avons passés encore quelques bons moments car nous ne sommes pas pressés.

 

Nous avons fini par reprendre la route en direction de Puebla.

 

6 commentaires

San Diego

Juste 100 miles de voies rapides, un arrêt à Long Beach, une photo du Queen Mary et nous sommes à San Diego. Nous redoutions un peu cette ville, la dernière avant le Mexique. Nous avions un peu peur d’un Los Angeles bis.

Bonne nouvelle, en arrivant, Laila me dis qu’elle à un « dump gratuit» sur i.Overlander. (Un dump c’est là ou l’on vide les eaux grises et noires du vagabond et ou l’on peu faire le plein d’eau). Nous nous rendons donc sur place et nous découvrons le dump et un immense parking, en bordure de l’autoroute tout de même mais au bord de l’eau. Situation idéale bien que un peu bruyante, nous décidons d’y rester au moins pour la nuit même si le stationnement est interdit de 2h à 4h du matin.

Et là nous rencontrons Richard, français habitant San Diego depuis 35 ans qui nous propose gentiment de venir nous garer devant chez lui, au calme. Nous sautons sur l’occasion et finalement y resterons tout le temps de notre séjour.

Bien sûr, nous avons lié connaissance, mangé ensemble, bu des coups et ils nous a emmené voir des endroits que nous n’aurions pas trouvés seuls.

Autant vous le dire tout de suite, nous avons adoré San Diego. C’est une ville animée, avec d’immenses plages un peu partout, des surfeurs, des musiciens, des artistes de rue, les gens sortent le soir. Sans nul doute que les nombreux mexicains qui vivent ici y sont pour quelque chose;

Nous avons d’ailleurs assisté à une fête Mexicaine de la célébration des morts ; c’est très très festif et gai.

Nous avons visité la ville de fond en comble, visité le plus grand zoo du monde, visité le Balboa Park, Le Mission Park , visité Le Cabrillo Mémorial, le quartier du Coronado, visité la Old Town , Sea Port village et  et j’en oublie.

Nous avons aussi visité le musée maritime, le porte avion Midway, transformé lui aussi en musée, 

Il se dégage de cette ville une impression de sérénité et d’harmonie que nous n’avions pas encore rencontré. C’est beau, c’est propre, les gens sont souriants. c'est une ville vivante même si quelquefois la circulation est difficile.

Une ville à ne surtout pas oublier lors d'un voyage en Californie. Rien à voir avec Los Angeles.

 

Lire la suite 3 commentaires

De Yosemite à San Francisco

De Yosemite nous aurions pu aller direct à San Francisco ou mieux encore à Los Angeles, mais nous avons choisi de faire l’école buissonnière et sommes remontés plein Nord pour visiter tout d’abord le village fantôme de Bodie. Ce village minier à compté jusqu’à 8500 habitants. 

Puis nous sommes allés voir les sources chaudes de Bridgeport où nous n’avons malheureusement pas pu nous baigner car les lieux étaient investis.

Nous avons fait le tour du magnifique lac d'altitude nommé Lac Tahoé. Dommage que le pris des maisons oscille entre 6 et 15.000.000 $. Il faut dire que sur sa berge la plus accueillante elles sont splendides. Heureusement à ce prix le défaut est sévèrement réprimandé.

Nous avons ensuite fait une escale à Sacramento , ville agréable ou l’on commence à bien sentir l’influence mexicaine. Nous n'avons pas encore testé notre espagnol.

Nous avons continué en faisant escale à Nice, au bord du lac de Clear Lake, une sorte de retour au pays prématurée mais s’il y avait de l’eau c’était celle d’un lac et point de palmier à l’horizon mais malgré tout une très belle promenade. La visibilité était un peu réduite du fait des fumées des incendies. La fumée est quelquefois bonne pour les photos.

Nous avons ensuite rejoint la côte Pacifique assez haut puisque nous sommes remontés jusqu’à Fort Bragg. Nous y avons bivouaqué face à un superbe coucher de soleil et le lendemain pendant une petite randonnée nous avons aperçu nos premiers phoques. En faisant ce crochet, nous avons pu profiter de la route N°1,  qui longe au plus près la côte Pacifique pendant quelques centaines de kilomètres avant d’arriver à San Francisco. Je n’avais jamais eu autant l’impression d’être sur un grand huit tant les virages,  les raides montées et les descentes abruptes, sont permanentes . On ne peut pas s’y ennuyer et les passagers n’apprécient souvent que très moyennement. Mais j’ai conduit KOOL comme d'hab.

 

Sans le savoir nous avons pendant toute cette période depuis Yosemite, louvoyé entre les incendies, sans jamais en apercevoir un seul; juste quelques fumées à certains endroits, même en traversant le comté ou il y a eu tant de morts.

Nous sommes arrivés à San Francisco mais ceci fera l'objet d'un autre article.

 

Lire la suite 2 commentaires

Yosemite

Yosemite.

Yosemite rime avec Granit. Du granit partout. Et pas des petites collines, des Montagnes. Des cascades, un paysage magnifique, de belles randonnées ou nous avons quand même un peu ramé malgré notre condition physique éblouissante car à 2700 m + la pente, ça essouffle. Pourquoi les cascades sont toujours en hauteurs ? Je me le demande !!! (-:

L’inconvénient de l’altitude c’est aussi qu’il ne fait pas très chaud mais ça on gère.

La sortie de Yosemite se fait par un col a 3000m que notre vagabond a franchi vaillamment sans montrer lui le moindre essoufflement.

 

Nous avons été bivouaqué au lac Mono, lac d’altitude, salé, deux fois plus que la mer mais nous ne l’avons pas vérifié. Nous avions trouvé un coin tranquille, éloigné de tout comme nous les adorons.

Lire la suite 1 commentaires

Sequoia Park

Ensuite Séquoia Park . Sans doute le Park que nous avons le moins apprécié. Des arbres immenses et imposants mais un paysage pas très varié et une vue assez étriquée. Quasi impossible refaire des photos tant la cimes est haute et en roulant on ne voit que des troncs.

 

Par contre belle réflexion sur l’existence quand on voit que certains ont plus de 2000 ans, on sent vraiment que notre passage sur terre n’est qu’un instant dans la vie de ces arbres et qu’une fraction d’instant géologiquement parlant.

Par contre il y fait très froid car nous sommes en altitude et nous trouverons le second soir un bivouac de rêve.

Lire la suite 1 commentaires

Ballade en Death Valley

Après Las Vegas, nous entrons dans la Death Valley. C’est un désert, l’ un des plus chauds de la planète, situé en partie sous le niveau de la mer.

Il y fait chaud, très chaud. Il n’y a qu’a voir la photo du thermomètre à l’intérieur du Vagabond.

 

Les lignes droites sont interminables (voir le film). Les paysages sont hypnotisants. Pourtant, il y a de la vie qui se développe et qui s’adapte à ces températures extrêmes où la moindre goutte d’eau est exploitée. Nous n’y passerons qu’une nuit en compagnie de deux autres familles françaises voyageant en CC. Nous en rencontrerons une troisième le lendemain en partant. Vous avez dit désert ?

 

Lire la suite 1 commentaires

Victoria et Vancouver

Victoria est une petite ville sympathique, animée et très bien fleurie . C’est la capitale de l’Etat bien que ce ne soit pas la ville la plus peuplée. Nous sommes arrivés le jour des festivités et avons pu assister à un très bon concert dans une ambiance très bon-enfant.

Nous y avons rencontré Didier et Joëlle avec qui nous avons passé deux jours et de très bons moments avec promesse de nous revoir puisque ces deux français dans nos âges font avec un Hymer le même trajet que nous pour les 2 Amériques.

 

Nous avions pris nos quartier sur le port avec tous les avantages que cela comporte (eau, vue, vidange) pour un tarif de 12 $ca / jour.

Lire la suite 1 commentaires

Entre les Glaciers et le Pacifique

Après la route des Glaciers en direction de Vancouver 

Après les parcs nationaux de Banff et de Jasper, nous traversons  Yoho Park, dont nous retiendrons le lac Emerald et plusieurs randonnées sympas et escarpées.

Les photos du lac Emerald parlent d’elles mêmes : Le tour du Lac fait 7 km, à pied bien entendu et chaque angle de vue est superbe et mérite une photo. Il faut malheureusement essayer de n’en garder qu’une ou deux.

Ensuite route vers Vancouver et surtout l’ile de Vancouver . Nous traversons d’abord une région luxuriante et chaude avec des grands arbres et des stations de ski. Revelstocke. Petite ville sympa ou nous passons la nuit sur le parking d’une église après avoir vu le prêtre, pour une fois.

Puis en une centaine de Km, on passe à une région quasi à tendance désertique avec comme ville principale Kamloops, ville sans aucun intérêt. Nous y ferons quelques photos et y règlerons un problème de pompe à eau cellule qui ne fonctionne plus. Après démontage, je m’aperçois qu’il fallait juste resserrer les connections électriques.

Nous nous arrêtons pour une nuit à Lillooet qui marque la fin du désert.

Enfin nous descendons sur Whistler (le Megève canadien) où nous ne ferons que passer, par la fameuse Skyroad ou la route 99, assez pentue mais moins impressionnante que ne le disent les canadiens, pour enfin apercevoir puis voir le Pacifique.

Les formalités d’embarquement pour l’ile de Vancouver ne demandent que quelques minutes et nous nous retrouvons à Nanaïmo sans galère alors que tous le monde nous avait conseillé de réserver sous peine d’attente interminable.

Nous avons maintenant traversé le canada d’Est en Ouest. Bien sût nous n’en avons vu qu’une infime partie mais cela suffit à notre bonheur.

De là nous allons nous ballade à Toffino, lieu de passage obligé que tous le monde nous recommande mais qui nous décevra. 

Nous lui préférerons Uclulet, bien plus authentique et aussi bien moins chère.

 

 

Lire la suite 0 commentaires

La Route des Glaciers

La route des Glaciers est la highway 93 qui relie Banff à Jasper soit 233 Km. C’est une des plus belle route panoramique du Canada. Elle traverse les montagnes rocheuses et passe au pied de certain glaciers.

Personnellement, si j’ai trouvé les 133 premiers kilomètres extraordinaires  et les 100 derniers assez monotones, non pas parce que je m’était habitué mais tout simplement que les paysages avaient changé et les montagnes beaucoup moins présentent.

Nous avons fait plusieurs haltes dans des campgrounds, là ou il y avait des randonnées intéressantes à faire. Nous sommes maintenant  arrivés à Jasper.

Malheureusement les incendies nombreux dans la régions génèrent des fumées qui nuisent beaucoup à la visibilité et en plus le temps n’est guère de la partie.

Les aléas du voyage, on ne choisi pas!!!

Nous y avons rencontré Patrick et marie qui voyagent eux depuis 5 ans en Landrover super amménagé et qui nous ont donnés pleins d'infos pour la suite de notre périple et que nous remercions.

Nous avons aussi joué les chambres d'hôtes pour une nuit pour deux stoppeuses Montréalaises transie de froid.

(Je vous rappelle qu'il suffit de cliquer sur les photos pour les agrandir)

Lire la suite 2 commentaires

Le Début des Montagnes Rocheuses

Après CALGARY, début des montagnes rocheuses.

 Banff, la Station Balnéaire de l’Alberta. Le Park National de Banff est le premier park crée au canada, il offre de multiples possibilités de randonnées et s’enorgueillit d’offrir les plus beaux panoramas du Canada.

La ville est très animée, très commerçante. Nous trouvons même une taverne irlandaise ou les irish coffe sont délicieux

Lire la suite 2 commentaires

CALGARY

CALGARY

Ce n’est pas la capitale de l’Alberta mais c’est la ville la plus importante,(1.100.000 hab) Nous y sommes arrivés le jour de la fête nationale qui célébrait les 150 ans du Canada. Nous avons été quelque peu déçu. A part le feu d’artifice, nous n’avons pas trouvé la ville particulièrement en fête. Seul un grand parc était animé mais on se serait cru à la kermesse d’une école primaire. Bof Bof.

La ville quant à elle semble assez sympa du moins pour le centre ville. Par contre, résolument hostile aux camping car et je dirai même un peu aux touristes. Aucune aire d’accueil, sur les 2 offices du tourisme, celui du centre ville était fermé et l’autre, est à 17 km du centre ville (nous y avons été très bien accueilli) mais il est situé dans l’aéroport avec quasi impossibilité de se garer.

Après visite de la ville, nous avons confirmation que c’est une ville sympa. Belle architecture ou les immeubles anciens sont très bien intégrés avec des immeubles ultra moderne. Un peu comme Chicago mais en plus modeste Beaucoup de verdure, une belle avenue piétonne.

Particularité de Vancouver pas de nom de rue. Des street et des avenues numérotées et couplées avec un système cardinal. Un peu complexe.

Vous avez par exemple l’intersection 6ème Avenue N et 4éme street SW.

Si vous allez à la 4eme street SE, vous êtes a 1,5Km de votre point de RdV.

 

 

Lire la suite 1 commentaires

Avant Calgary

Parc des Dinosaures 

Avant d’arriver à Calgary, nous avons fait une halte dans le Parc Régional des Dinosaures. Nous comptions y rester une journée mais l’endroit est plaisant et intéressant et nous resterons 2 jours.

Ce parc est situé dans une vallée argileuse ou il y a 65 millions d’années, un énorme troupeaux de dinosaures s’est trouvé emporté par les eaux d’une rivière qu’il tentait de traverser, plusieurs centaines sont mort noyés. Après avoir été en partie dévoré par des carnassiers, leurs ossements  se sont lentement enfoui dans la glaise et n’en sont ressortis il y a 14.000 ans pour être découvert aux début du siècle derniers. Ce colossal gisement à permis d’exhumer environ 200 squelettes, plus ou moins complets ou abimés qui trônent dans tous les grands musées du monde. On dit sur le site que si on lance son chapeau, il retombera à moins de 7 mètres d’un fossile. Nous avons consciencieusement visité le parc en faisant deux randonnées.

 

Vous remarquerez sur les photos le grès de couleur grise et celles de roches ferrugineuses. Nous on a trouvé ça magnifique.

 

Demain, nous partons pour Drumheller, la ville des dinosaures, afin de faire un circuit préconisé dans un guide. Nous visiterons le premier après midi le Royal Tyrrell Muséum. Superbe musée pleins de vrais fossiles de squelettes entiers découverts dans le parc précité;

Le lendemain, nous ferons un petit circuit de 40 Km ou nous découvrirons tous les endroits remarquables de la région.

Le midi déjeuner au Last Chance Saloon, dans une ambiance cow boy et

le soir en pensant très fort à Marc et à Dominique nous avons dégusté notre premier homard du New Brunswick au BBC. Un régal dans les deux cas.

 



2 commentaires

Winnipeg-Saskatoon

Pluie toute la journée pour se rendre à Grand Beach au bord du lac Winnipeg. Heureusement , une accalmie le soir venu nous permettra d’aller faire quelques pas dehors pour découvrir les fameuses plages de sable blanc.  Le temps est tellement maussade que je ne ferai pas même une photo. Nous dormirons le soir en pleine forêt sur le parking de l’office de tourisme. Nous pourrons même y faire le plein d’eau mais en compensation nous devrons faire un don pour les poissons et les tortues du lac, ce que nous ferons volontiers.  Le soir nous essuierons même un gros orage de grêle.

Nous décidons pour nous rendre à Calgary, prochaine grande étape de notre voyage, de passer par Saskatoon plutôt que par Régina. Nous allons donc longer les lacs de Winnipeg et de Manitoba.

Nous partons donc le lendemain sous un soleil radieux qui laisse présager une belle journée. Erreur , moins d’une heure après notre départ, la pluie  et un vent a décorner un bœuf sont à nouveau de la partie. 

Le vent de face et de côté toute la journée, sur d’interminables lignes droites fera que en roulant sans jamais dépasser les 90 km/h, nous consommerons sur 250km une moyenne de 15,6 l/100 lors que notre conso moyenne depuis 8000km est de 13l/100. L’impression d’être en côte sans arrêt. Sous certaines rafales le régulateur rétrogradait pour conserver la vitesse. 

 

Nous roulerons jusqu’à « the narrow », un pont sur le lac Manitoba à son endroit le plus étroit. Encore une fois nous trouverons un bivouac tranquille et solitaire tout en bordure du lac (10 m à peine).

Lire la suite 1 commentaires

Ottawa

Ottawa.

 

Capitale du canada bien que n’étant pas la ville la plus importante. Par contre elle est la mieux située pour représenter le Canada car stratégiquement elle est au carrefour des langues.

C’est une très jolie ville avec beaucoup de visites à faire.

Elle a malheureusement été touchée par les inondations et nous avons passé 2 heures à aider des sinistrés à enlever les sacs de sable mouillés et à les stocker en bordure de route pour que l’armée puisse venir les ramasser . 

Physique mais grand moment de partage et d'émotion.

Ensuite comme c'était notre jour de chance, nous avons rencontrés Lise-Andrée et Joseph, un couple extraordinaire. D'abord il nous ont invités pour le soir a stationner chez eux.

Nous avons donc pu visiter tranquillement sans cette préoccupation majeure et vers 18h, nous nous sommes rendu chez eux. Ils nous ont faire visiter un coin que nous n'aurions jamais trouvé sans eux et nous ont inviter a partager le repas du soir ainsi que le petit déjeuner.. Nous avons été traité comme des ROIS. Merci à eux, à leur gentillesse et à leur simplicité.

Donc Ottawa fut une belle et bonne journée, avec le soleil même si la température est restée un peu fraiche.

Lire la suite 2 commentaires

Petite Mise au Point

 

Il y a ce que l’on aimerait faire et il y a ce que l’on peut faire. Je suis très en retard dans la mise à jour du site. En fait, nous n’avons pas de Wi-Fi en permanence. la mise à jour du site prend pour le moment environ 1h. Très souvent nous avons de la WiFi pendant une pause café, un déjeuner mais nous n’avons pas forcement le débit nécessaire à faire une mise à jour, ni le temps nécessaire. 

Donc , dorénavant j’essaierai de faire une mise à jour par semaine pour les textes et les photos et j’essaierai d’être le plus à jour possible pour la localisation car la procédure est assez simple.

Nous sommes donc à Montréal. L'été a commencé d’un seul coup et il a fait 34°C aujourd’hui. pas de transition entre l’ hiver et l’été. On ne se plaint pas mais c’est un peu dur. Plein de choses à voir et à faire à Montréal. Nous devions rencontrer Alyson pour récupérer une puce free de téléphone, nous espérions récupérer également notre ancienne balise Spot, mais il semble que le colis traine un peu. nous devions aussi rendre visite à Maud, notre nièce qui travaille ici depuis peu.

Les visites se sont bien passées et j’ai voulu refaire mon passeport car celui ci se périme dans 10 mois et une validité de 6 mois est nécessaire pour espérer rentrer aux Etats Unis. Les formalités sont accomplies mais je dois attendre 3 semaines le nouveau passeport car je ne peux pas le récupérer à Vancouver comme je l’avais espéré. Nous allons donc nous créer un circuit de visite pour passer ce délai et ce n’est guère facile et cela vous nous retarder pour la suite mais nous n’avons pas le choix. Vous découvrirez au fur et à mesure nos options. 

 

Je m’aperçois de la difficulté à planifier un itinéraire et je me dis que c’est sans doute pour cela que je n’ai jamais rien prévu pour nos vacances antérieures.

Lire la suite 0 commentaires

Avant Québec

Notre visite au lac St Jean a été plus courte que prévue. Le lac est gelé sur encore plus de 90% de sa surface et tout les lieux de visites autour du lac (cascades, village historique, parc) sont fermés jusqu’au 27 Mai, date d’ouverture de la saison. Seul le Zoo est ouvert.

 

Nous nous sommes donc rapproché de Québec par la route 381, route touristique assez vertigineuse par endroit. J’ai apprécié les 184 cv de notre attelage qui ont été plusieurs fois mis à la peine dans des pentes à 18% (dix huit). Les descentes aussi sont assez vertigineuses. Nous avions encore une fois trouvé un bivouac idéal, près du lac Ha-Ha et de la rivière du même nom en crue. Actuellement nous sommes sur l’ile d’Orléans que nous avons visité hier et nous pensons aller visiter en partie Québec aujourd’hui. Malheureusement, il pleut fort, mais nous devons bouger, de toute façon pour faire le plein de gaz. Sans chauffage, ce serait vraiment très difficile. Même les Canadiens sont excédés par ce mauvais temps depuis 1 mois. Ils aimeraient sortir de l’hiver. Mais ici aussi les saisons se décalent. Il fait grand beau jusqu’à fin octobre, voir mi novembre et ensuite il faut attendre fin Mai pour le beau temps. Dès fois on se dit qu’on aurait du commencer par l’Argentine ou le sud des Etats-Unis.

Lire la suite 1 commentaires

Premier Dérapage

Après avoir avant hier oublié à Matane, ma balise Spot3 sur un banc, j’ai passé une très mauvaise nuit à ressasser l’incident sans trouver de solution viable pour la récupérer. Reste à en racheter une autre. Malgré cela notre bivouac était idyllique et le petit village « Les Escoumins » très mignon.

Lire la suite 2 commentaires

Premiers tours de roues

Il est 8h du matin. 13h pour vous. La première nuit viens de se terminer. Nous sommes bien sûr en sauvage, sur l’aire d’accueil du golf qui semble abandonné, seuls avec vue sur l’atlantique Nord et l’ile du Prince Charles, mais pas de WiFi.

Ç’a y est. Nous avons récupéré hier, le Vagabond sous un beau ciel bleu avec du soleil . Il n’avait subit aucun outrage du à ses manutentions et  les formalités étaient finalement assez simples et nous n’avons eu aucunes difficultés particulières avec la douane. Il faut quand même à peu près 1h 30 pour accomplir ces démarches.

Mon angoisse était qu’il ne démarre pas mais tout c’est bien passé et il a démarré du premier coup.

Sur le port nous avons fait connaissance avec Nicolas et Nathalie qui partaient aussi pour un périple de 6 semaines mais avec un magnifique camion 6 roues de 20 tonnes. Nous étions tout petit à coté et nous espérons bien les revoir et passer une soirée ensemble car jusqu’à Montréal nous avions un itinéraire semblable.

Nous avons donc accompli nos premiers tours de roue sur les routes canadiennes,

Fait notre premier plein à 0,75€/litre. On en mettrait plus si on pouvait. Les départementales sont de la taille de nos nationales donc pas de difficultés particulières. La semaine que nous avons passée à Halifax avec la voiture de location nous à finalement appris toutes les petites différences de circulation entre nos deux pays et m’a permis d’être serein.

 

Sur ces routes la vitesse autorisée ne dépasse presque jamais 80 km/h et donc vive le régulateur. La consommation est très basse. 11,4 l/100. Les canadiens sont très pointilleux sur le cade de la route et les amendes sont vraiment des punitions. De 4 à 500$ pour un excès de vitesse. Je suis donc respectueux, très respectueux.

2 commentaires

Halifax

Nous sommes à Halifax. Nous devrons malheureusement y rester pas loin d'une semaine dans le meilleurs des cas car le "vagabond" ne seras livré qu'avec au moins 5 à 6 jours de retard sur la date prévue.

Il fait encore assez froid même si l'hiver est derrière nous et nous n'avons pas vraiment l'habitude de ces températures.

La villes est assez pittoresque mais rien d'extraordinaire et nous risquons de nous y ennuyer un peu.

Pour l'instant nous découvrons et nous  apprenons a prendre notre mal en patience. On a plein de petite choses a régler comme le téléphone, les cartes banquier. Par contre bonne nouvelle, il y a de la Wi Fi gratuite presque partout.

0 commentaires

CANADA

Lire la suite 2 commentaires

Medellin et Guatape

Medellin et Guatape

Las d’attendre en vain une pièce qui n’arrive pas et que personne n’arrive  localiser, nous décidons de continuer notre visite de la Colombie.

Nous louons donc une voiture pour nous rendre à 400 Km de Bogota dans la ville célèbre pour son cartel : Medellin.

Il est loin le temps du cartel. La ville est en pleine expansion, comporte près de 4 millions d’habitants, et est dotée d’infrastructures modernes, très modernes. Un métro aérien, un tram à 1 seul rail, de très nombreuses lignes de bus et plusieurs téléphériques pour desservir des quartiers presque inaccessibles par la route. Deux lignes de téléphériques supplémentaires sont d’ailleurs en construction pour parfaire la desserte.

Malgré celà, la circulation est ubuesque et la pollution très présente. Mais la ville nous plait  car comme Bogota c’est une ville qui vit a cent à l’heure. Les fins de journées sont extraordinaires avec ses centaines de marchands ambulants qui crient à tue tête pour vanter les mérite de leur marchandises. Cela va des fruits, au accessoires de portable en passant pas les lacets et les bonbons et bien sur la nourriture.

Nous passerons 3 jours dans cette cité. De beaux bâtiments, de nombreuses églises et des parcs et jardins assez nombreux la rendent agréable au visiteurs qui peuvent souffler un peu dans des endroits plaisants. Le parc Botéro, véritable musée en plein air ou bien cet autre dont je tairais le nom ou nous avons pu assister au ballet bien rodé des prostituées qui viennent se faire draguer sur les bancs publics.

 

Nous avons aussi visiter le quartier 13. C’était le quartier ou la criminalité était la plus forte et par la volonté des gens et l’aide d’artiste , c’est entrain de se transformer en quartier artistique. Bien sûr, je ne m’y promènerai pas a la tombée du jour mais on peut quand même le visiter dans la journée en toute sécurité.

 

Lire la suite 2 commentaires

La Panne

 Panne

Aujourd’hui juste un récit. Pas pensé à prendre des photos. Sauf de nos "sauveteurs" Quel âne !!!!

Notre Vagabond à 95.000 km. Nous le laissons chez Mercedès pour une petite révision à savoir: Changer la pompe de lave glace qui à rendu l’âme, changer la courroie moteur,

Voir pourquoi le frein à main qui n’a plus aucune efficacité et surtout trouver la cause de ce bruit désagréable à froid le matin.

Nous récupérons le camion après 3 jours et partons au Parc National de Sumapaz, situé à près de 4000m d’altitude et à environ 60 Km.

Au bout de 35 km je m’arrête faire le plein. En repartant, le voyant moteur s’allume clignotant. Mais tout fonctionne normalement et je décide de continuer espérant qu’il finira par s’éteindre. (C’est déjà arrivé)

Nous attaquons les derniers 20 km sur un chemin de terre en montée où la vitesse ne peut excéder 20 km/h. Les dix premiers kilomètres tout va bien, puis le moteur semble perdre de la puissance peu à peu. Finalement accélérateur au plancher il n’avance plus.

Heureusement, nous venions de passer un autre chemin sur notre droite. Je redescend donc en marche arrière car impossible de faire demi tour avant ce chemin et là pendant ma manœuvre le moteur cale et impossible de redémarrer. La température moteur est à 100° et le ventilo ne s’est pas mis en route.

Heureusement, nous sommes en travers du chemin mais les quelques rares véhicules qui passent peuvent nous contourner par l’arrière jusqu’à l’arrivée d’un mini-bus de travailleurs.

Tout le monde descend et on entreprend de garer le camping car un peu mieux pour laisser passer les camions.

Je pensais qu’une fois la température redescendue, il redémarrerait. Mais non. Il est 5h de l’après midi, il fait 8° , nous sommes à 5625 m d’altitude. Pas de réseau téléphonique avec notre opérateur.

Deux couples vont s’arrêter et vraiment nous aider. Ils appellent Mercedes car leur portables fonctionnent et de fil en aiguille on fini par faire venir un dépanneur qui viendra nous chercher vers 19H.

Lorsqu’il arrive, je me dit que le camion est trop petit mais il semble connaitre son affaire alors je laisse faire. Le chargement est long et une fois le camping car installé sur le plateau, la roue arrière et à moitié en dehors. Il commence la descente mais s’arrête au bout de 20 m. Il se rend compte qu’il ne pourra pas descendre. Nous sommes trop gros et trop lourd. Problème il veut bien sûr être payé.

Après moult palabres je lui promet de le payer mais il faut qu’il me trouve un autre dépanneur. Ce qu’il fait.

Nous déchargeons donc le camion une centaines de mètres plus loin et attendons la nouvelle dépanneuse qui arrivera vers 23h. Pour tout arranger il se met à pleuvoir. Il fait 5°.

La nouvelle dépanneuse est bien pus grande. Le chargement s’effectue en 15 minutes.

Nous quittons en les remerciants les 2 couples de Colombiens qui sont restés avec nous et nous ont tant aidés.  Nous donnerons un très généreux pourboire à l’un des deux et inviterons l’autre au restaurant le dimanche.

Nous voyagerons dans le camping car bridé sur le plateau de la dépanneuse ce qui est très impressionnant vu la pente et l’état du chemin par endroit. GPS Branché, nous ne dépasserons jamais lors de la descente les 15km/h.

Nous arrivons à 4h du matin chez Mercedes ou les gardiens qui nous attendaient nous ouvrent les portes. Fin de l’aventure.

Le lendemain  le mécano me dit que le ventilo marchait. Sans doute après avoir été discrètement rebranché.

Depuis nous attendons notre nouveau filtre à particule parti le lundi 20 août de Hollande.

 

Bon WE à tous.

 

Lire la suite 6 commentaires

De Minca à Bogota

Après le désert nous avions envie de fraicheur aussi nous avons rejoint le petit village de Minca. Le village par lui même n’offre pas vraiment d’intérêt mais il offre des possibilités de randonnées multiples et variées et son altitude le met à l’abri des moustiques et de la chaleur. Nous avons fait deux randonnées pleines de charme même si nous en avons un peu bavé car nous avions perdu l’habitude des dénivelés importants.

 

La première s’est terminée sous la pluie battante mais qu’importe.

 

Lire la suite 4 commentaires

Le Désert de Guajira

Le Désert de Guajira

Pour cette visite nous laissons notre Vagabond dans un parking et avec nos amis "Les Voyageurs Passionnés » nous nous offrons les services d’un guide et surtout d’un 4x4, bien préférable à nos lourds camping car pour affronter les pistes du désert. Bien qu’ayant 21 ans, il était fringuant et nous n’avons du passer en 4x4 une seule fis sur les trois jours.

Nous partons donc pour trois jours de ballades et de découvertes. Nous passerons les nuits dans des hotels sommaires mais quand même confortables et choisirons l’option chambre plutôt que la solution Hamacs.

Ce désert appartient aux indiens Wayuu. Ils y survivent en élevant des chèvres, en vendant de l'artisanat et malheureusement aussi en y faisant pratiquer la mendicité par des jeunes enfants. Ceux ci instaurent des barrages sur les endroits stratégiques des pistes et chaque véhicule doit laisser son obole. cela va du petit pain, à la bouteille d'eau en passant par le café et le fromage.

Nous commençons notre visite par les marais salants. Ce sont les plus grands de Colombie. Ne cherchez pas d’outils modernes, de tracteurs ou de pelleteuses. Tout se fait à l’ancienne, avec des brouettes et de la sueur.

 

 

Lire la suite 4 commentaires

La Colombie; Cartagena.

Cathagène des Indes.

Nous rejoingnons donc Cartagèna en avion et profitons des quelques jours d’attente pour profiter du confort d’un petit hotel, Nous pouvons ainsi visiter cette ville tranquillement.

Nous avons aimé Cartagèna et je pense que toute personne qui y vient aime cette ville. Un peu comme Panama City, elle est constituée de deux partie bien distinctes. La vieille ville, ou la ville coloniale et la ville nouvelle et le port.

La jonction entre les deux se faisant par des bassins du port réservés aux bateaux de plaisance.

La vieille ville est pleine de charmes. Des petites rues commerçantes grouillantes d’activités, des maisons coloniales colorées , de la musique avec quelquefois une bonne odeur de café au coin d’une rue. On se croirait dans le vieil Antibes mais en beaucoup plus grand. Les remparts qui ceinturent la ville font 11 km de long et l’on peu aussi visiter « la citadelle « , qui est la plus grosse construction espagnole du continent américain. Cette citadelle qui défendait la ville fut le théatre d’une sanglante bataille où 7500 des 12000 habitants trouvèrent la mort.

La ville nouvelle est une ville classique. Nous la traverserons sans vraiment la visiter lors de la récupération de notre camion et y passerons la dernière nuit au bivouac au bord de l’eau.

Et puis il y a le port de commerce qui génère une activité importante. Les bassins sont assez éloignés du centre ville mais ont peu en apercevoir les grues de chargement.

 

La récupération de notre vagabond se fera sans problèmes car nous avions pris l’aide payante d’un « helper ». Il faut dire que les multiples bureau ou il faut passer pour une coup de tampon par ci et un papier par là sont quelquefois éloignés de 6 ou 7 km et que si vous n’avez personne pour vous piloter la récupération prend 2 jours de plus facilement.

Lire la suite 0 commentaires

De San Luis Potosi à Tula.

Zacatecas nous laisse un très bon souvenir et nous nous dirigerons vers San Luis Potosi. Pour moi, c’est une ville fourmillère , une activité débordante, une circulation infernale, des bus les uns derrière les autres, des coups de klaxons, des cris, du bruit. Voilà ce que je retiendrai de cette ville. Son centre ville est sympathique mais nous sommes un peu déçu et nous ne resterons pas plus d’une nuit.

La ville suivante est un peu loin car nous sommes dans une région de montagne et les routes sont des toutes de montagnes. Nous ferons donc un bivouac intermédiaire avant d’arriver à Guanajuato. 

Là , c’est un vrai coup de cœur. Une grande ville dont le centre historique est assez ramassé. Il est constitué de dizaines de petites ruelles dans lesquelles ont ne peu pas se perdre puisqu’il suffit de suivre la pente pour se retrouver.

Certaines rues sont des parcours de randonnées  tellement elles sont en pentes. L’ensemble est agréable, à taille humaine et l’on s’est senti bien dans cette ville.

Nous y avons aussi trouvé un restaurant Français « La Vie en Rose » tenu par une Française, Laurine et où la Nourriture et la patisserie étaient très bonnes.

Le seul bémol est le parking; payer 300 pesos par jour pour un simple stationnement sans aucune commodité à part d'être proche du centre-ville est un peu abusif.

San Miguel de Allende, sur notre route, nous a en revanche un peu déçu; Un peu impersonnelle, un peu froide. Sans doute le fait que beaucoup d’américains ont acheté et retapé des maisons et se spnt établis dans la ville. De ce fait plus de petit « bouis-bouis » ou manger, tout est clean, tout est rangé, à l’américaine. Sinon, la ville est jolie avec un très bel espace culturel et surtout un RV Park en centre ville ou l’on trouve tout le confort.

Par contre là, payer 300 pesos, avec en prime la rencontre avec un couple de québecquois, Jacques et Marie avec qui nous avons passés de très bon moment, c'est pas cher du tout. Nous avons même prolongé d'une nuit notre séjour.

Tula fut notre dernière destination avant Teotihuacan. Nous y bivouaquerons une nuit après avoir visité le centre archéologique et les vestiges de pyramides et de cité disparu

Lire la suite 6 commentaires

Mazatlan - Zacatecas

Notre traversée de 16 h pour Mazatlan s’est passée sans problème. Nous étions 3 CC français et avons dormi dans nos véhicules sur le pont supérieur.

Une journée à Mazatlan pour préparer notre nouvel itinéraire et nous sommes descendus sur San Blas, la jungle Mexicaine.

Nous quittons nos amis Fabrice et Marie et Bertrand et Karine et leurs enfants qui vont descendre beaucoup plus vite que nous car le temps leur est compté. 18 mois de voyage seulement.

Nous y avons bien trouvé une superbe plage, un village sympathique, des bayous immenses, des crocodiles et des tortues marines, mais aussi un mouche minuscule, qui passe au travers des moustiquaires et dont les piquées n’apparaissent que le lendemain. Nous y avons malheureusement passé deux nuits et sommes partis couverts de piqures et avec des démangeaisons infernales pendant 3 jours.

Direction Guadalajara en passant par Tequila que nous visiterons en détail et ou nous dormirons après l’excellente dégustation de l’alcool du même nom en effectuant la visite de la distillerie.

Guadalajara ne nous prendra qu’une journée. Grande ville dont le centre historique n’est pas très grand, nous en aurons vite fait le tour.

 

Une nouvelle journée pour visiter Tlaquepaque, petit village d’artiste rempli de galerie d’art en tous genre, nous remonterons au Nord pour visiter sur 2 jours pleins la ville de Zacatecas. Superbes ville, posée sur une mine d’argent qui a fait sa richesse d’autant. Beaucoup de beau bâtiment, de belles maisons bourgeoises. Un ville sans doute assez riche même si la mine est aujourd’hui fermée.

Lire la suite 3 commentaires

La Baja Mexicaine

 

Notre passage de la frontière se fera sans encombre en trois heures de temps. L’enregistrement de la mini moto est plus compliqué que prévu et aussi plus cher.

Tout d'abord la photo que vous voyez est la fleur de cactus qui sert à la fabrication de la Tequila.

Ensuite direction Ensenada, ou nous avons prévu de dormir sur le parking de Walmart afin de pouvoir retirer des dollars mexicains et faire nos courses, le frigo ayant été vidé en prévision du passage de la frontière.

Les routes sont mauvaises au Mexique, souvent étroites et quand elles ne le sont pas, les habitudes de conduites des mexicains sont pour le moins surprenantes . Si la bande d’arrêt d’urgence est assez large attendez vous à être dépassé par la droite. Si elle ne l’est pas vous devez serrer à droite, pendant que l’on vous double à cheval sur la ligne médiane. Le conducteur qui vient en face doit serrer sa droite également. Un peu stressant .

Les limitations de vitesses ne sont pas respectées du tout et les stops sont glissés. Et puis ils faut aussi s’arrêter aux redoutables « topès », des dos d’âne si violents qu’il faut s’arrêter, passer les roues avants et s’arrêter à nouveau pour passer les roues arrières.

Sinon, à par la poussière omniprésente et les innombrables détritus le long des routes et dans les champs, le pays semble sympa.

La nourriture est meilleure qu’aux US et surtout bien moins chère.

Contrairement à ce que l’on nous à dit, nous ne nous sentons pas du tout en insécurité lors de nos bivouacs.

Nous passerons notre seconde nuit dans un désert peuplé de superbes mais redoutables cactus avec des français, voyageant en camion que nous avions rencontrés au Canada et retrouvés à Ensenada. Nous passerons plusieurs jours ensembles d’abord parce qu’ils sont sympas et que l’on s’entend bien et aussi parce qu’un n’y a qu’une seule route pour aller à La Paz.

Nous irons ensuite à Bahia de Los Angeles , voir les plages de la mer de Cortes. Première baignade en mer en Novembre par une température de 30°C.

Nous assisterons également au passage d’une course mythique : la Baja 1000. Course de 1200 km sans étapes et sur routes et pistes ouvertes. Chaud devant!!!.

Nous irons ensuite passer une nuit à Guerrero Négro, sur une sorte de jetée de 7 km de long au milieux des plus grands marais salants du monde

(7.000.000 de tonnes de sel par an de récolté)

Nous continuons notre descente en nous arrêtant à Santa Rosalia petite ville charmante, un peu sinistrée depuis la fermeture de la mine de cuivre. Dommage que ces abords soient d’une saleté repoussante car la ville est très bien entretenue et très propre.

Nous passerons ensuite notre première nuit sur une plage, face à la mer. Cadre idyllique mais une journée entière est le maximum que l’on puisse accorder à ces lieux car tout est loin, et il n’y a aucune activité à faire sur place à part se baigner, ce que nous ne manquerons pas de faire bien entendu.

Nous finirons à arriver à La Paz, puis passer trois nuits sur la plage de Tecolote, dont une soirée à 3 campings car français .

Nous continuerons notre descente pour aller voir Los Barilès, superbe plage  et petit village balnéaire réputé comme spot de Kitesurf et nous finirons par Cabo San Luca, la plus américanisée des villes de la Baja mais la seule à abriter un concessionnaire Mercedes spécialiste en diesel, et notre Vagabond à besoin d’une révision.

Nous avons ainsi parcouru la totalité de la route N°1 soit près de 1500Km.

Nous remonterons ensuite sur La Paz pour prendre le bateau qui nous emmènera de l’autre coté de la mer de Cortès mais ceci est une autre histoire.

 

 

Lire la suite 5 commentaires

San Diego

Juste 100 miles de voies rapides, un arrêt à Long Beach, une photo du Queen Mary et nous sommes à San Diego. Nous redoutions un peu cette ville, la dernière avant le Mexique. Nous avions un peu peur d’un Los Angeles bis.

Bonne nouvelle, en arrivant, Laila me dis qu’elle à un « dump gratuit» sur i.Overlander. (Un dump c’est là ou l’on vide les eaux grises et noires du vagabond et ou l’on peu faire le plein d’eau). Nous nous rendons donc sur place et nous découvrons le dump et un immense parking, en bordure de l’autoroute tout de même mais au bord de l’eau. Situation idéale bien que un peu bruyante, nous décidons d’y rester au moins pour la nuit même si le stationnement est interdit de 2h à 4h du matin.

Et là nous rencontrons Richard, français habitant San Diego depuis 35 ans qui nous propose gentiment de venir nous garer devant chez lui, au calme. Nous sautons sur l’occasion et finalement y resterons tout le temps de notre séjour.

Bien sûr, nous avons lié connaissance, mangé ensemble, bu des coups et ils nous a emmené voir des endroits que nous n’aurions pas trouvés seuls.

Autant vous le dire tout de suite, nous avons adoré San Diego. C’est une ville animée, avec d’immenses plages un peu partout, des surfeurs, des musiciens, des artistes de rue, les gens sortent le soir. Sans nul doute que les nombreux mexicains qui vivent ici y sont pour quelque chose;

Nous avons d’ailleurs assisté à une fête Mexicaine de la célébration des morts ; c’est très très festif et gai.

Nous avons visité la ville de fond en comble, visité le plus grand zoo du monde, visité le Balboa Park, Le Mission Park , visité Le Cabrillo Mémorial, le quartier du Coronado, visité la Old Town , Sea Port village et  et j’en oublie.

Nous avons aussi visité le musée maritime, le porte avion Midway, transformé lui aussi en musée, 

Il se dégage de cette ville une impression de sérénité et d’harmonie que nous n’avions pas encore rencontré. C’est beau, c’est propre, les gens sont souriants. c'est une ville vivante même si quelquefois la circulation est difficile.

Une ville à ne surtout pas oublier lors d'un voyage en Californie. Rien à voir avec Los Angeles.

 

Lire la suite 3 commentaires

De Yosemite à San Francisco

De Yosemite nous aurions pu aller direct à San Francisco ou mieux encore à Los Angeles, mais nous avons choisi de faire l’école buissonnière et sommes remontés plein Nord pour visiter tout d’abord le village fantôme de Bodie. Ce village minier à compté jusqu’à 8500 habitants. 

Puis nous sommes allés voir les sources chaudes de Bridgeport où nous n’avons malheureusement pas pu nous baigner car les lieux étaient investis.

Nous avons fait le tour du magnifique lac d'altitude nommé Lac Tahoé. Dommage que le pris des maisons oscille entre 6 et 15.000.000 $. Il faut dire que sur sa berge la plus accueillante elles sont splendides. Heureusement à ce prix le défaut est sévèrement réprimandé.

Nous avons ensuite fait une escale à Sacramento , ville agréable ou l’on commence à bien sentir l’influence mexicaine. Nous n'avons pas encore testé notre espagnol.

Nous avons continué en faisant escale à Nice, au bord du lac de Clear Lake, une sorte de retour au pays prématurée mais s’il y avait de l’eau c’était celle d’un lac et point de palmier à l’horizon mais malgré tout une très belle promenade. La visibilité était un peu réduite du fait des fumées des incendies. La fumée est quelquefois bonne pour les photos.

Nous avons ensuite rejoint la côte Pacifique assez haut puisque nous sommes remontés jusqu’à Fort Bragg. Nous y avons bivouaqué face à un superbe coucher de soleil et le lendemain pendant une petite randonnée nous avons aperçu nos premiers phoques. En faisant ce crochet, nous avons pu profiter de la route N°1,  qui longe au plus près la côte Pacifique pendant quelques centaines de kilomètres avant d’arriver à San Francisco. Je n’avais jamais eu autant l’impression d’être sur un grand huit tant les virages,  les raides montées et les descentes abruptes, sont permanentes . On ne peut pas s’y ennuyer et les passagers n’apprécient souvent que très moyennement. Mais j’ai conduit KOOL comme d'hab.

 

Sans le savoir nous avons pendant toute cette période depuis Yosemite, louvoyé entre les incendies, sans jamais en apercevoir un seul; juste quelques fumées à certains endroits, même en traversant le comté ou il y a eu tant de morts.

Nous sommes arrivés à San Francisco mais ceci fera l'objet d'un autre article.

 

Lire la suite 2 commentaires

Carnets de Route

De San Luis Potosi à Tula.

Zacatecas nous laisse un très bon souvenir et nous nous dirigerons vers San Luis Potosi. Pour moi, c’est une ville fourmillère , une activité débordante, une circulation infernale, des bus les uns derrière les autres, des coups de klaxons, des cris, du bruit. Voilà ce que je retiendrai de cette ville. Son centre ville est sympathique mais nous sommes un peu déçu et nous ne resterons pas plus d’une nuit.

La ville suivante est un peu loin car nous sommes dans une région de montagne et les routes sont des toutes de montagnes. Nous ferons donc un bivouac intermédiaire avant d’arriver à Guanajuato. 

Là , c’est un vrai coup de cœur. Une grande ville dont le centre historique est assez ramassé. Il est constitué de dizaines de petites ruelles dans lesquelles ont ne peu pas se perdre puisqu’il suffit de suivre la pente pour se retrouver.

Certaines rues sont des parcours de randonnées  tellement elles sont en pentes. L’ensemble est agréable, à taille humaine et l’on s’est senti bien dans cette ville.

Nous y avons aussi trouvé un restaurant Français « La Vie en Rose » tenu par une Française, Laurine et où la Nourriture et la patisserie étaient très bonnes.

Le seul bémol est le parking; payer 300 pesos par jour pour un simple stationnement sans aucune commodité à part d'être proche du centre-ville est un peu abusif.

San Miguel de Allende, sur notre route, nous a en revanche un peu déçu; Un peu impersonnelle, un peu froide. Sans doute le fait que beaucoup d’américains ont acheté et retapé des maisons et se spnt établis dans la ville. De ce fait plus de petit « bouis-bouis » ou manger, tout est clean, tout est rangé, à l’américaine. Sinon, la ville est jolie avec un très bel espace culturel et surtout un RV Park en centre ville ou l’on trouve tout le confort.

Par contre là, payer 300 pesos, avec en prime la rencontre avec un couple de québecquois, Jacques et Marie avec qui nous avons passés de très bon moment, c'est pas cher du tout. Nous avons même prolongé d'une nuit notre séjour.

Tula fut notre dernière destination avant Teotihuacan. Nous y bivouaquerons une nuit après avoir visité le centre archéologique et les vestiges de pyramides et de cité disparu

Lire la suite 6 commentaires

Mazatlan - Zacatecas

Notre traversée de 16 h pour Mazatlan s’est passée sans problème. Nous étions 3 CC français et avons dormi dans nos véhicules sur le pont supérieur.

Une journée à Mazatlan pour préparer notre nouvel itinéraire et nous sommes descendus sur San Blas, la jungle Mexicaine.

Nous quittons nos amis Fabrice et Marie et Bertrand et Karine et leurs enfants qui vont descendre beaucoup plus vite que nous car le temps leur est compté. 18 mois de voyage seulement.

Nous y avons bien trouvé une superbe plage, un village sympathique, des bayous immenses, des crocodiles et des tortues marines, mais aussi un mouche minuscule, qui passe au travers des moustiquaires et dont les piquées n’apparaissent que le lendemain. Nous y avons malheureusement passé deux nuits et sommes partis couverts de piqures et avec des démangeaisons infernales pendant 3 jours.

Direction Guadalajara en passant par Tequila que nous visiterons en détail et ou nous dormirons après l’excellente dégustation de l’alcool du même nom en effectuant la visite de la distillerie.

Guadalajara ne nous prendra qu’une journée. Grande ville dont le centre historique n’est pas très grand, nous en aurons vite fait le tour.

 

Une nouvelle journée pour visiter Tlaquepaque, petit village d’artiste rempli de galerie d’art en tous genre, nous remonterons au Nord pour visiter sur 2 jours pleins la ville de Zacatecas. Superbes ville, posée sur une mine d’argent qui a fait sa richesse d’autant. Beaucoup de beau bâtiment, de belles maisons bourgeoises. Un ville sans doute assez riche même si la mine est aujourd’hui fermée.

Lire la suite 3 commentaires

La Baja Mexicaine

 

Notre passage de la frontière se fera sans encombre en trois heures de temps. L’enregistrement de la mini moto est plus compliqué que prévu et aussi plus cher.

Tout d'abord la photo que vous voyez est la fleur de cactus qui sert à la fabrication de la Tequila.

Ensuite direction Ensenada, ou nous avons prévu de dormir sur le parking de Walmart afin de pouvoir retirer des dollars mexicains et faire nos courses, le frigo ayant été vidé en prévision du passage de la frontière.

Les routes sont mauvaises au Mexique, souvent étroites et quand elles ne le sont pas, les habitudes de conduites des mexicains sont pour le moins surprenantes . Si la bande d’arrêt d’urgence est assez large attendez vous à être dépassé par la droite. Si elle ne l’est pas vous devez serrer à droite, pendant que l’on vous double à cheval sur la ligne médiane. Le conducteur qui vient en face doit serrer sa droite également. Un peu stressant .

Les limitations de vitesses ne sont pas respectées du tout et les stops sont glissés. Et puis ils faut aussi s’arrêter aux redoutables « topès », des dos d’âne si violents qu’il faut s’arrêter, passer les roues avants et s’arrêter à nouveau pour passer les roues arrières.

Sinon, à par la poussière omniprésente et les innombrables détritus le long des routes et dans les champs, le pays semble sympa.

La nourriture est meilleure qu’aux US et surtout bien moins chère.

Contrairement à ce que l’on nous à dit, nous ne nous sentons pas du tout en insécurité lors de nos bivouacs.

Nous passerons notre seconde nuit dans un désert peuplé de superbes mais redoutables cactus avec des français, voyageant en camion que nous avions rencontrés au Canada et retrouvés à Ensenada. Nous passerons plusieurs jours ensembles d’abord parce qu’ils sont sympas et que l’on s’entend bien et aussi parce qu’un n’y a qu’une seule route pour aller à La Paz.

Nous irons ensuite à Bahia de Los Angeles , voir les plages de la mer de Cortes. Première baignade en mer en Novembre par une température de 30°C.

Nous assisterons également au passage d’une course mythique : la Baja 1000. Course de 1200 km sans étapes et sur routes et pistes ouvertes. Chaud devant!!!.

Nous irons ensuite passer une nuit à Guerrero Négro, sur une sorte de jetée de 7 km de long au milieux des plus grands marais salants du monde

(7.000.000 de tonnes de sel par an de récolté)

Nous continuons notre descente en nous arrêtant à Santa Rosalia petite ville charmante, un peu sinistrée depuis la fermeture de la mine de cuivre. Dommage que ces abords soient d’une saleté repoussante car la ville est très bien entretenue et très propre.

Nous passerons ensuite notre première nuit sur une plage, face à la mer. Cadre idyllique mais une journée entière est le maximum que l’on puisse accorder à ces lieux car tout est loin, et il n’y a aucune activité à faire sur place à part se baigner, ce que nous ne manquerons pas de faire bien entendu.

Nous finirons à arriver à La Paz, puis passer trois nuits sur la plage de Tecolote, dont une soirée à 3 campings car français .

Nous continuerons notre descente pour aller voir Los Barilès, superbe plage  et petit village balnéaire réputé comme spot de Kitesurf et nous finirons par Cabo San Luca, la plus américanisée des villes de la Baja mais la seule à abriter un concessionnaire Mercedes spécialiste en diesel, et notre Vagabond à besoin d’une révision.

Nous avons ainsi parcouru la totalité de la route N°1 soit près de 1500Km.

Nous remonterons ensuite sur La Paz pour prendre le bateau qui nous emmènera de l’autre coté de la mer de Cortès mais ceci est une autre histoire.

 

 

Lire la suite 5 commentaires

San Diego

Juste 100 miles de voies rapides, un arrêt à Long Beach, une photo du Queen Mary et nous sommes à San Diego. Nous redoutions un peu cette ville, la dernière avant le Mexique. Nous avions un peu peur d’un Los Angeles bis.

Bonne nouvelle, en arrivant, Laila me dis qu’elle à un « dump gratuit» sur i.Overlander. (Un dump c’est là ou l’on vide les eaux grises et noires du vagabond et ou l’on peu faire le plein d’eau). Nous nous rendons donc sur place et nous découvrons le dump et un immense parking, en bordure de l’autoroute tout de même mais au bord de l’eau. Situation idéale bien que un peu bruyante, nous décidons d’y rester au moins pour la nuit même si le stationnement est interdit de 2h à 4h du matin.

Et là nous rencontrons Richard, français habitant San Diego depuis 35 ans qui nous propose gentiment de venir nous garer devant chez lui, au calme. Nous sautons sur l’occasion et finalement y resterons tout le temps de notre séjour.

Bien sûr, nous avons lié connaissance, mangé ensemble, bu des coups et ils nous a emmené voir des endroits que nous n’aurions pas trouvés seuls.

Autant vous le dire tout de suite, nous avons adoré San Diego. C’est une ville animée, avec d’immenses plages un peu partout, des surfeurs, des musiciens, des artistes de rue, les gens sortent le soir. Sans nul doute que les nombreux mexicains qui vivent ici y sont pour quelque chose;

Nous avons d’ailleurs assisté à une fête Mexicaine de la célébration des morts ; c’est très très festif et gai.

Nous avons visité la ville de fond en comble, visité le plus grand zoo du monde, visité le Balboa Park, Le Mission Park , visité Le Cabrillo Mémorial, le quartier du Coronado, visité la Old Town , Sea Port village et  et j’en oublie.

Nous avons aussi visité le musée maritime, le porte avion Midway, transformé lui aussi en musée, 

Il se dégage de cette ville une impression de sérénité et d’harmonie que nous n’avions pas encore rencontré. C’est beau, c’est propre, les gens sont souriants. c'est une ville vivante même si quelquefois la circulation est difficile.

Une ville à ne surtout pas oublier lors d'un voyage en Californie. Rien à voir avec Los Angeles.

 

Lire la suite 3 commentaires

De Yosemite à San Francisco

De Yosemite nous aurions pu aller direct à San Francisco ou mieux encore à Los Angeles, mais nous avons choisi de faire l’école buissonnière et sommes remontés plein Nord pour visiter tout d’abord le village fantôme de Bodie. Ce village minier à compté jusqu’à 8500 habitants. 

Puis nous sommes allés voir les sources chaudes de Bridgeport où nous n’avons malheureusement pas pu nous baigner car les lieux étaient investis.

Nous avons fait le tour du magnifique lac d'altitude nommé Lac Tahoé. Dommage que le pris des maisons oscille entre 6 et 15.000.000 $. Il faut dire que sur sa berge la plus accueillante elles sont splendides. Heureusement à ce prix le défaut est sévèrement réprimandé.

Nous avons ensuite fait une escale à Sacramento , ville agréable ou l’on commence à bien sentir l’influence mexicaine. Nous n'avons pas encore testé notre espagnol.

Nous avons continué en faisant escale à Nice, au bord du lac de Clear Lake, une sorte de retour au pays prématurée mais s’il y avait de l’eau c’était celle d’un lac et point de palmier à l’horizon mais malgré tout une très belle promenade. La visibilité était un peu réduite du fait des fumées des incendies. La fumée est quelquefois bonne pour les photos.

Nous avons ensuite rejoint la côte Pacifique assez haut puisque nous sommes remontés jusqu’à Fort Bragg. Nous y avons bivouaqué face à un superbe coucher de soleil et le lendemain pendant une petite randonnée nous avons aperçu nos premiers phoques. En faisant ce crochet, nous avons pu profiter de la route N°1,  qui longe au plus près la côte Pacifique pendant quelques centaines de kilomètres avant d’arriver à San Francisco. Je n’avais jamais eu autant l’impression d’être sur un grand huit tant les virages,  les raides montées et les descentes abruptes, sont permanentes . On ne peut pas s’y ennuyer et les passagers n’apprécient souvent que très moyennement. Mais j’ai conduit KOOL comme d'hab.

 

Sans le savoir nous avons pendant toute cette période depuis Yosemite, louvoyé entre les incendies, sans jamais en apercevoir un seul; juste quelques fumées à certains endroits, même en traversant le comté ou il y a eu tant de morts.

Nous sommes arrivés à San Francisco mais ceci fera l'objet d'un autre article.

 

Lire la suite 2 commentaires

De San Luis Potosi à Tula.

Zacatecas nous laisse un très bon souvenir et nous nous dirigerons vers San Luis Potosi. Pour moi, c’est une ville fourmillère , une activité débordante, une circulation infernale, des bus les uns derrière les autres, des coups de klaxons, des cris, du bruit. Voilà ce que je retiendrai de cette ville. Son centre ville est sympathique mais nous sommes un peu déçu et nous ne resterons pas plus d’une nuit.

La ville suivante est un peu loin car nous sommes dans une région de montagne et les routes sont des toutes de montagnes. Nous ferons donc un bivouac intermédiaire avant d’arriver à Guanajuato. 

Là , c’est un vrai coup de cœur. Une grande ville dont le centre historique est assez ramassé. Il est constitué de dizaines de petites ruelles dans lesquelles ont ne peu pas se perdre puisqu’il suffit de suivre la pente pour se retrouver.

Certaines rues sont des parcours de randonnées  tellement elles sont en pentes. L’ensemble est agréable, à taille humaine et l’on s’est senti bien dans cette ville.

Nous y avons aussi trouvé un restaurant Français « La Vie en Rose » tenu par une Française, Laurine et où la Nourriture et la patisserie étaient très bonnes.

Le seul bémol est le parking; payer 300 pesos par jour pour un simple stationnement sans aucune commodité à part d'être proche du centre-ville est un peu abusif.

San Miguel de Allende, sur notre route, nous a en revanche un peu déçu; Un peu impersonnelle, un peu froide. Sans doute le fait que beaucoup d’américains ont acheté et retapé des maisons et se spnt établis dans la ville. De ce fait plus de petit « bouis-bouis » ou manger, tout est clean, tout est rangé, à l’américaine. Sinon, la ville est jolie avec un très bel espace culturel et surtout un RV Park en centre ville ou l’on trouve tout le confort.

Par contre là, payer 300 pesos, avec en prime la rencontre avec un couple de québecquois, Jacques et Marie avec qui nous avons passés de très bon moment, c'est pas cher du tout. Nous avons même prolongé d'une nuit notre séjour.

Tula fut notre dernière destination avant Teotihuacan. Nous y bivouaquerons une nuit après avoir visité le centre archéologique et les vestiges de pyramides et de cité disparu

Lire la suite 6 commentaires

Mazatlan - Zacatecas

Notre traversée de 16 h pour Mazatlan s’est passée sans problème. Nous étions 3 CC français et avons dormi dans nos véhicules sur le pont supérieur.

Une journée à Mazatlan pour préparer notre nouvel itinéraire et nous sommes descendus sur San Blas, la jungle Mexicaine.

Nous quittons nos amis Fabrice et Marie et Bertrand et Karine et leurs enfants qui vont descendre beaucoup plus vite que nous car le temps leur est compté. 18 mois de voyage seulement.

Nous y avons bien trouvé une superbe plage, un village sympathique, des bayous immenses, des crocodiles et des tortues marines, mais aussi un mouche minuscule, qui passe au travers des moustiquaires et dont les piquées n’apparaissent que le lendemain. Nous y avons malheureusement passé deux nuits et sommes partis couverts de piqures et avec des démangeaisons infernales pendant 3 jours.

Direction Guadalajara en passant par Tequila que nous visiterons en détail et ou nous dormirons après l’excellente dégustation de l’alcool du même nom en effectuant la visite de la distillerie.

Guadalajara ne nous prendra qu’une journée. Grande ville dont le centre historique n’est pas très grand, nous en aurons vite fait le tour.

 

Une nouvelle journée pour visiter Tlaquepaque, petit village d’artiste rempli de galerie d’art en tous genre, nous remonterons au Nord pour visiter sur 2 jours pleins la ville de Zacatecas. Superbes ville, posée sur une mine d’argent qui a fait sa richesse d’autant. Beaucoup de beau bâtiment, de belles maisons bourgeoises. Un ville sans doute assez riche même si la mine est aujourd’hui fermée.

Lire la suite 3 commentaires

La Baja Mexicaine

 

Notre passage de la frontière se fera sans encombre en trois heures de temps. L’enregistrement de la mini moto est plus compliqué que prévu et aussi plus cher.

Tout d'abord la photo que vous voyez est la fleur de cactus qui sert à la fabrication de la Tequila.

Ensuite direction Ensenada, ou nous avons prévu de dormir sur le parking de Walmart afin de pouvoir retirer des dollars mexicains et faire nos courses, le frigo ayant été vidé en prévision du passage de la frontière.

Les routes sont mauvaises au Mexique, souvent étroites et quand elles ne le sont pas, les habitudes de conduites des mexicains sont pour le moins surprenantes . Si la bande d’arrêt d’urgence est assez large attendez vous à être dépassé par la droite. Si elle ne l’est pas vous devez serrer à droite, pendant que l’on vous double à cheval sur la ligne médiane. Le conducteur qui vient en face doit serrer sa droite également. Un peu stressant .

Les limitations de vitesses ne sont pas respectées du tout et les stops sont glissés. Et puis ils faut aussi s’arrêter aux redoutables « topès », des dos d’âne si violents qu’il faut s’arrêter, passer les roues avants et s’arrêter à nouveau pour passer les roues arrières.

Sinon, à par la poussière omniprésente et les innombrables détritus le long des routes et dans les champs, le pays semble sympa.

La nourriture est meilleure qu’aux US et surtout bien moins chère.

Contrairement à ce que l’on nous à dit, nous ne nous sentons pas du tout en insécurité lors de nos bivouacs.

Nous passerons notre seconde nuit dans un désert peuplé de superbes mais redoutables cactus avec des français, voyageant en camion que nous avions rencontrés au Canada et retrouvés à Ensenada. Nous passerons plusieurs jours ensembles d’abord parce qu’ils sont sympas et que l’on s’entend bien et aussi parce qu’un n’y a qu’une seule route pour aller à La Paz.

Nous irons ensuite à Bahia de Los Angeles , voir les plages de la mer de Cortes. Première baignade en mer en Novembre par une température de 30°C.

Nous assisterons également au passage d’une course mythique : la Baja 1000. Course de 1200 km sans étapes et sur routes et pistes ouvertes. Chaud devant!!!.

Nous irons ensuite passer une nuit à Guerrero Négro, sur une sorte de jetée de 7 km de long au milieux des plus grands marais salants du monde

(7.000.000 de tonnes de sel par an de récolté)

Nous continuons notre descente en nous arrêtant à Santa Rosalia petite ville charmante, un peu sinistrée depuis la fermeture de la mine de cuivre. Dommage que ces abords soient d’une saleté repoussante car la ville est très bien entretenue et très propre.

Nous passerons ensuite notre première nuit sur une plage, face à la mer. Cadre idyllique mais une journée entière est le maximum que l’on puisse accorder à ces lieux car tout est loin, et il n’y a aucune activité à faire sur place à part se baigner, ce que nous ne manquerons pas de faire bien entendu.

Nous finirons à arriver à La Paz, puis passer trois nuits sur la plage de Tecolote, dont une soirée à 3 campings car français .

Nous continuerons notre descente pour aller voir Los Barilès, superbe plage  et petit village balnéaire réputé comme spot de Kitesurf et nous finirons par Cabo San Luca, la plus américanisée des villes de la Baja mais la seule à abriter un concessionnaire Mercedes spécialiste en diesel, et notre Vagabond à besoin d’une révision.

Nous avons ainsi parcouru la totalité de la route N°1 soit près de 1500Km.

Nous remonterons ensuite sur La Paz pour prendre le bateau qui nous emmènera de l’autre coté de la mer de Cortès mais ceci est une autre histoire.

 

 

Lire la suite 5 commentaires

San Diego

Juste 100 miles de voies rapides, un arrêt à Long Beach, une photo du Queen Mary et nous sommes à San Diego. Nous redoutions un peu cette ville, la dernière avant le Mexique. Nous avions un peu peur d’un Los Angeles bis.

Bonne nouvelle, en arrivant, Laila me dis qu’elle à un « dump gratuit» sur i.Overlander. (Un dump c’est là ou l’on vide les eaux grises et noires du vagabond et ou l’on peu faire le plein d’eau). Nous nous rendons donc sur place et nous découvrons le dump et un immense parking, en bordure de l’autoroute tout de même mais au bord de l’eau. Situation idéale bien que un peu bruyante, nous décidons d’y rester au moins pour la nuit même si le stationnement est interdit de 2h à 4h du matin.

Et là nous rencontrons Richard, français habitant San Diego depuis 35 ans qui nous propose gentiment de venir nous garer devant chez lui, au calme. Nous sautons sur l’occasion et finalement y resterons tout le temps de notre séjour.

Bien sûr, nous avons lié connaissance, mangé ensemble, bu des coups et ils nous a emmené voir des endroits que nous n’aurions pas trouvés seuls.

Autant vous le dire tout de suite, nous avons adoré San Diego. C’est une ville animée, avec d’immenses plages un peu partout, des surfeurs, des musiciens, des artistes de rue, les gens sortent le soir. Sans nul doute que les nombreux mexicains qui vivent ici y sont pour quelque chose;

Nous avons d’ailleurs assisté à une fête Mexicaine de la célébration des morts ; c’est très très festif et gai.

Nous avons visité la ville de fond en comble, visité le plus grand zoo du monde, visité le Balboa Park, Le Mission Park , visité Le Cabrillo Mémorial, le quartier du Coronado, visité la Old Town , Sea Port village et  et j’en oublie.

Nous avons aussi visité le musée maritime, le porte avion Midway, transformé lui aussi en musée, 

Il se dégage de cette ville une impression de sérénité et d’harmonie que nous n’avions pas encore rencontré. C’est beau, c’est propre, les gens sont souriants. c'est une ville vivante même si quelquefois la circulation est difficile.

Une ville à ne surtout pas oublier lors d'un voyage en Californie. Rien à voir avec Los Angeles.

 

Lire la suite 3 commentaires

De Yosemite à San Francisco

De Yosemite nous aurions pu aller direct à San Francisco ou mieux encore à Los Angeles, mais nous avons choisi de faire l’école buissonnière et sommes remontés plein Nord pour visiter tout d’abord le village fantôme de Bodie. Ce village minier à compté jusqu’à 8500 habitants. 

Puis nous sommes allés voir les sources chaudes de Bridgeport où nous n’avons malheureusement pas pu nous baigner car les lieux étaient investis.

Nous avons fait le tour du magnifique lac d'altitude nommé Lac Tahoé. Dommage que le pris des maisons oscille entre 6 et 15.000.000 $. Il faut dire que sur sa berge la plus accueillante elles sont splendides. Heureusement à ce prix le défaut est sévèrement réprimandé.

Nous avons ensuite fait une escale à Sacramento , ville agréable ou l’on commence à bien sentir l’influence mexicaine. Nous n'avons pas encore testé notre espagnol.

Nous avons continué en faisant escale à Nice, au bord du lac de Clear Lake, une sorte de retour au pays prématurée mais s’il y avait de l’eau c’était celle d’un lac et point de palmier à l’horizon mais malgré tout une très belle promenade. La visibilité était un peu réduite du fait des fumées des incendies. La fumée est quelquefois bonne pour les photos.

Nous avons ensuite rejoint la côte Pacifique assez haut puisque nous sommes remontés jusqu’à Fort Bragg. Nous y avons bivouaqué face à un superbe coucher de soleil et le lendemain pendant une petite randonnée nous avons aperçu nos premiers phoques. En faisant ce crochet, nous avons pu profiter de la route N°1,  qui longe au plus près la côte Pacifique pendant quelques centaines de kilomètres avant d’arriver à San Francisco. Je n’avais jamais eu autant l’impression d’être sur un grand huit tant les virages,  les raides montées et les descentes abruptes, sont permanentes . On ne peut pas s’y ennuyer et les passagers n’apprécient souvent que très moyennement. Mais j’ai conduit KOOL comme d'hab.

 

Sans le savoir nous avons pendant toute cette période depuis Yosemite, louvoyé entre les incendies, sans jamais en apercevoir un seul; juste quelques fumées à certains endroits, même en traversant le comté ou il y a eu tant de morts.

Nous sommes arrivés à San Francisco mais ceci fera l'objet d'un autre article.

 

Lire la suite 2 commentaires